Université d'été du PS à La Rochelle : "on ne se sifflera pas les uns les autres" assure Cambadélis | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture écran
Cambadélis à quelques heures de l'ouverture de l'université d'été du PS

Union sacrée

Université d'été du PS à La Rochelle : "on ne se sifflera pas les uns les autres" assure Cambadélis

Le premier secrétaire du parti était l'invité de France 2 quelques heures avant l'ouverture du rassemblement socialiste.

Désuni, ébranlé par une grave crise gouvernementale, le Parti socialiste ouvre ce  vendredi son université d'été à La Rochelle. Et l'ambiance promet d'être électrique. En effet, quelques jours après un remaniement houleux et une polémique naissante sur la question des 35 heures, les débats s'annonce houleux. Pour autant, Jean-Christophe Cambadélis,  le premier secrétaire du parti, entend bien mettre de côté les couacs et les divisions. 

Interrogé par France 2 depuis La Rochelle, il a assuré : "Je ne pense pas que le débat soit entre les frondeurs et le gouvernement".  Pour lui, il se trouve "entre le PS avec l'ensemble de ses sensibilités et le gouvernement". Et d'insister : "Il n'y a pas, d'une part, ceux qui contestent l'orientation économique - je dis bien économique - du gouvernement et de l'autre un gouvernement esseulé. Il y a un parti dans lequel il y a des nuances, des divergences, mais qui fera synthèse et qui discutera avec le gouvernement".

Le  numéro un du PS en est même persuadé : "on ne se sifflera pas les uns les autres". Pourtant, Jean-Christophe Cambadélis concède que "c'est dans son ADN (du PS, ndlr) qu'il y a des désaccords".  Mais le patron des socialistes s'est dit persuadé que son "appel à dépasser les divergences, à ne pas surjouer les différences a été entendu". "L'orage a éclaté avant La Rochelle", a-t-il assuré, soulignant sa volté de "rassembler, apaiser".

Lu sur FranceTv Info.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !