Un journaliste a infiltré un groupuscule djihadiste pendant six mois | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture d'écran / Canal +

Document

Un journaliste a infiltré un groupuscule djihadiste pendant six mois

Voir de l'intérieur le djihadisme.

Un journaliste de l'émission Spécial Investigation de Canal + a réussi à s'infiltrer pendant six mois au sein d'un groupe de djihadistes, ou d'aspirants djihadistes en tout cas, avec une caméra cachée. L'émission sera diffusée lundi 2 mai, mais des extraits sont d'ores et déjà disponibles, notamment via le Huffington Post

Le journaliste prend contact par une page Facebook qui prône le djihad, puis rencontre l'émir du groupe de quelques jeunes, Oussama, un jeune franco-turc. Les jeunes se réunissent dans un parc, parlent du paradis, se racontent leurs fantasmes de martyr et de paradis. "Viens, frère, on va au paradis. Nos femmes nous y attendent, avec des anges comme serviteurs. Tu auras un palais, un cheval ailé fait d'or et de rubis", ou "Un martyr ne sent pas la douleur." Alors que le groupe est entrain de préparer un attentat contre une boîte de nuit, ils sont arrêtés par la police. 

Le document est impressionnant car il montre la rage de tuer de ces apprentis-djihadistes, mais on se demande si on n'est pas plus face à des imitateurs qu'aux vrais. "Oussama", qui n'a pas pu rejoindre la Syrie, est sous surveillance et doit pointer à la gendarmerie tous les jours, et pourtant il complote. Il doit donc savoir que toutes les personnes qu'il rencontre seront, à leur tour, suivies. Et n'ont-ils jamais fouillé le journaliste à la caméra cachée ? 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !