Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: REUTERS/Stringer

Répression

Turquie : un an après la révolte de Taksim, de nouveaux heurts

La police turque a tiré du gaz lacrymogène et utilisé des canons à eau sur des centaines de manifestants à Ankara, dimanche. La veille, déjà, de nombreux affrontements avaient eu lieu.

Un an après la fronde antigouvernementale qui a embrasé la Turquie, la police turque a violemment dispersé des manifestants samedi et dimanche dans les plus grandes villes du pays. Ainsi, les forces de l’ordre ont tiré du gaz lacrymogène et utilisé des canons à eau sur des centaines de manifestants à Ankara. La police est intervenue pour disperser quelque 500 personnes place Kizilay, dans le centre de la capitale turque, à l'endroit où l'année dernière un jeune manifestant de 26 ans avait été tué par balle par la police. 

Déjà la veille, les autorités avaient violement dispersé, à Istanbul et Ankara notamment, des milliers de manifestants descendus dans les rues bravant l'interdiction de manifester aux cris de "Taksim partout, résistance partout" ou "Tous ensemble contre le fascisme". Selon l'association des avocats d'Istanbul, au moins 65 personnes avaient été arrêtées en début de soirée.

Quelques heures à peine avant la manifestation à Istanbul à l'appel d'un collectif d'ONG, de syndicats et de membres de la société civile, le Premier ministre avait averti que les forces de l'ordre feraient "tout ce qui est nécessaire" pour l'empêcher."Vous ne pourrez pas occuper Taksim comme vous l'avez fait l'an dernier parce que vous devez respecter la loi", avait-il fermement proclamé devant des milliers de partisans.

 
Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !