Herman Cain sèche sur la Libye | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

"Okay... Lybia..."

Herman Cain sèche sur la Libye

Après le "ooops" de Rick Perry, c'est maintenant au tour d'Herman Cain d'être victime d'un trou de mémoire sur une question de politique étrangère.

La mémoire ferait-elle défaut aux candidats à la primaire républicaine ? Ou bien ne connaissent-ils simplement pas assez bien leurs dossiers ? Après Rick Perry qui souhaitait supprimer trois agences de l'Etat, mais ne se souvenait plus desquelles, au tour d'Herman Cain de sécher sur une question pourtant facile : la position de Barack Obama sur la Libye.

Manifestement, le candidat républicain ne voit pas vraiment de quoi le journaliste du Milwaukee Sentinel - le quotidien qui a publié la vidéo - veut lui parler et cherche sans grand succès à se sortir de ce mauvais pas. Morceaux choisis:

"Okay... La Libye... Le président Obama a soutenu le soulèvement. C'est bien ça ? Le président Obama a demandé le départ de Kadhafi. Je veux juste m'assurer que nous parlons bien de la même chose avant de dire si je suis d'accord ou non. Je ne suis pas d'accord avec la manière dont il a géré et pour la raison suivante... Non, non c'est autre chose. Il faut que je recommence et que je rassemble toutes les informations qui bouillonnent dans ma tête". Le tout ponctué de tics nerveux.

Et ce n'est pas la première fois que le candidat républicain manque d'inspiration sur une question de politique étrangère. Lors d'une précédente interview, il s'était inquiété de la volonté de la Chine de se doter de l'arme nucléaire... que le pays détient pourtant depuis 1964.

"Le président Obama a soutenu le soulèvement. C'est bien ça ? Le président Obama a demandé le départ de Kadhafi. Je veux juste m'assurer que nous parlons bien de la même chose avant de dire si je suis d'accord ou non",
Lu sur La Presse.ca

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !