Ségolène Royal : quand Claude Bartolone manie l'ironie pour lui répondre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Crédits Photo: Reuters

Pas la langue dans sa poche

Ségolène Royal : quand Claude Bartolone manie l'ironie pour lui répondre

Le président de l'Assemblée nationale était l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC ce jeudi matin.

Ségolène Royal s'est fait remarquer mercredi en faisant preuve d'un manque d'"humilitude" certain. 

A propos de son rôle si elle avait été présidente de l'Assemblée nationale comme cela était pressentie avant sa défaite aux législatives, Ségolène Royal a affirmé : "Cela n'aurait pas été mauvais pour le pouvoir que ce soit moi, la présidente de l'Assemblée. J'aurais fait vivre le Parlement. Il aurait dû être plus présent pour soutenir le gouvernement la première année." Elle a jugé aussi "inadmissible" que Claude Bartolone, se soit opposé à la transparence du patrimoine des élus telle que le voulait l'Elysée.

Réponse de Claude Bartolone : "J'ai décidé d'être rassembleur, et si c'est la véritude de Ségolène Royal, je l'accepte. Elle améliore même ma publicité auprès des parlementaires qui se disent qu'après tout, il vaut mieux que ce soit moi qu'elle". Une réponse savoureuse et pleine d'ironie. Ambiance au PS !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !