Roms : quand les propos de Duflot mettent mal à l'aise Philippe Martin | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Reuters

Dans l'embarras

Roms : quand les propos de Duflot mettent mal à l'aise Philippe Martin

La ministre du Logement a estimé jeudi que le ministre du Logement était allé trop loin dans ses propos sur les Roms.

Cécile Duflot a tapé du poing sur la table. Elle n'a pas aimé, mais alors pas du tout, les propos de Manuel Valls sur les Roms. Et elle l'a fait savoir ce jeudi. La ministre du Logement a estimé que son collègue ministre de l'Intérieur est allé trop loin. Selon elle, "on ne peut pas dire qu'il y a une catégorie de population où leur origine justifierait qu'elle ne puisse pas être intégrée et que leurs pratiques et modes de vie sont un dérangement pour leur voisin".

Et d'ajouter lors des journées parlementaires de son parti Europe Ecologie-Les Verts à Angers: "Quand tous nous avons dit que le discours de Grenoble de 2010 de Nicolas Sarkozy réclamant de démanteler les campements illégaux de Roms est un scandale absolu, nous ne pouvons pas tenter de, ou envisager, ou laisser penser que nous pourrons utiliser les mêmes méthodes", ajoute-t-elle. Cécile Duflot a aussi accusé Manuel Valls d'être allé "au-delà de ce qui met en danger le pacte républicain" avec ses propos sur une impossibilité pour une majorité de Roms de s'intégrer en France. Et de conclure : "Je le dit avec mon franc parler légendaire, j'en ai ras-le-bol qu'on déguise parfois des discussions de fond en couac gouvernemental".

Seulement voilà, chez les Verts, Cécile Duflot ne semble pas faire l'unanimité sur cette question. Preuve en est, à ses côtés, le ministre de l'Écologie, Philippe Martin est plus que mal à l'aise. A voir.

 

vu sur le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !