Rachida Dati persiste et dénonce les "méthodes scandaleuses" d'Elise Lucet | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Clash

Rachida Dati persiste et dénonce les "méthodes scandaleuses" d'Elise Lucet

L'eurodéputée a dénoncé ce matin sur Europe 1 le "harcèlement" d'Elise Lucet pour réaliser "une émission qui ne révèle rien et n'a aucun intérêt".

Rachida Dati assume, et en remet même une couche : invitée ce matin sur Europe 1 est revenue sur son altercation avec la journaliste Elise Lucet, qui revient lundi avec un nouveau numéro de Cash Investigation. Sur un extrait diffusé vendredi, on voit Elise Lucet poursuivre Rachida Dati dans les couloirs du Parlement européen en l'interrogeant sur ses liens avec Engie (ex-GDF-Suez).

"Ce ne sont pas des méthodes. Je suis libre de mes réactions. Oui, j'ai été très véhémente avec elle mais quand vous vous faites harceler... Non mais c'est du harcèlement ! On vous harcèle en vous courant après. Elle en a fait sa marque de fabrique pour révéler rien du tout", a critiqué l'ancienne ministre de François Fillon.

"Je suis une élue de la République, c'est très grave de porter des accusations sans preuves. On m'accuse et après on me dit de me justifier. Mais je n'ai pas à me justifier ! Je n'ai rien à cacher ! Ce que je fais est transparent. Et si je n'ai pas envie de répondre à quelqu'un dont les méthodes sont scandaleuses, je n'y réponds pas", a poursuivi Rachida Dati.

Elle estime que "faire du teasing avec des montages douteux pour attirer des téléspectateurs sur une émission qui ne révèle rien et n'a aucun intérêt, c'est un peu facile."

Et la maire du septième arrondissement de Paris de conclure avec ce tacle : "Elise Lucet ne révèle jamais rien. Elle s'est muée en grande passionaria mais bon..."

Vu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !