Quand Obama se lâche sur Hillary Clinton et sur ses adversaires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: Capture d'écran Youtube
Barack Obama

Private joke

Quand Obama se lâche sur Hillary Clinton et sur ses adversaires

Le président a pris la parole lors du dîner annuel de l'Association des correspondants de la Maison Blanche.

Barack Obama (et ceux qui écrivent ses discours) manient à merveille l'art du bon mot. Lors du dîner annuel de l'Association des correspondants de la Maison Blanche, raout traditionnel immuable, le président américain a lancé un florilège de piques contre à peu près tout le monde.

Sa première cible, Hillary Clinton. Celle qui pourrait bien lui succéder à la Maison Blanche, s'est vu raillée sa prétendue simplicité, alors que la femme de Bill est parti à la rencontre des "Américains ordinaires" dans l'Iowa à bord d'un minibus. "J'ai une amie, qui, il y a quelques semaines, gagnait des millions de dollars par an, et qui vit maintenant dans un van dans l'Iowa" a-t-il notamment ironisé.

Concernant ses adversaires, il a tenu à épingler un des plus farouches opposants, Dick Cheney, vice-président de Georges W. Bush, qui a régulièrement descendu en flammes la politique de l'actuel président. "Dick Cheney pense que je suis le pire président qu'il ait jamais vu de son vivant, ce qui est intéressant car je pense qu'il est le pire président que j'ai eu à connaître de mon vivant."

Alors que beaucoup d'observateurs avaient noté que le président avait pris beaucoup de cheveux blancs depuis son premier mandant en 2008, le patron de la Maison blanche s'en est amusé. "J'ai l'air si vieux que John Boehner (le porte-parole des républicains au Congrès, NDLR) a déjà invité Netanyahu à faire un discours à mon enterrement !"

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !