Quand Greta Thunberg sermonne les politiques… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture d'écran

Discours alarmiste

Quand Greta Thunberg sermonne les politiques…

Elle a prononcé un discours à l'Assemblée nationale ce mardi 23 juillet.
L'icône de la lutte contre le réchauffement climatique a de nouveau alarmé  la classe politique en prononçant un discours à l'Assemblée nationale à Paris. En reprenant le rapport du Giec (le groupe d'experts de l'ONU sur le climat), elle invite les représentants à le lire pour se rendre compte des chiffres alarmants concernant le budget carbone, qui serait épuisé au bout de huit ans et demi comme elle le répète. 
 
Dans cette vidéo, elle accuse alors la classe politique de ne pas avoir "lu le dernier rapport du Giec dont dépend l'avenir de notre civilisation."
 
Elle poursuit d'un ton déterminé voire presque arrogant : "Ou peut-être simplement que vous n'êtes pas assez matures pour accepter ce rapport. Même cette charge, vous nous la laissez à nous, les enfants. Nous sommes devenus les méchants qui doivent dire aux gens des choses pas faciles, parce que personne ne veut le faire ou n'ose. Et (pour cela), nous recevons un déferlement de haine et de menaces. Des députés, des chefs d'entreprises et journalistes se moquent de nous et mentent à notre sujet". 
 
Greta Thunberg conclut finalement son discours en répondant aux députés qui ont boycotté sa venue. "Certaines personnes ont choisies de ne pas venir à cette réunion aujourd'hui et de ne pas nous écouter. Ce n'est pas grave, après tout nous ne sommes jamais que des enfants. Vous n'avez pas le devoir de nous écouter. Par contre, vous avez le devoir d'écouter les scientifiques. C'est tout ce que nous vous demandons : unissez-vous derrière les scientifiques". 
Le Parisien - Youtube

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !