Pour sauver son chien, il boxe un kangourou : la vidéo fait scandale en Australie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: France Info

Baston

Pour sauver son chien, il boxe un kangourou : la vidéo fait scandale en Australie

Des internautes et associations appellent au licenciement de ce gardien de zoo.

Derrière leur air débonnaire, les kangourous sont des animaux très puissants, capables d'utiliser leurs longues griffes pour éventrer d'autres animaux. Le sang de Greig Tonkins n'a donc fait qu'un tour lorsqu'il a vu son chien retenu prisonnier par un marsupial sauvage : il s'est précipité pour l'aider, et a ensuite décroché un direct du droit dans la gueule de l'animal.

Filmé par ses amis en juin dernier, la scène a été publiée cette semaine sur Internet et a engrangé rapidement plus de 30 millions de vue. Ce succès viral a créé la polémique : un présentateur australien a appelé au licenciement de Tonkins, qui travaille comme gardien au zoo de Taronga Western Plains. "Il sait qu’il est filmé. Une fois que son chien est libéré, sa première réaction n’est pas de s’enfuir mais de faire face à l’animal et de de frapper", a observé David Campbell. D'autres internautes lui ont emboîté le pas, en estimant que le chien n'étant plus en danger, la violence de l'homme était gratuite. L'association de défense des animaux PETA a aussi réclamé des poursuites contre l'homme.

La direction du zoo a réagi sur Facebook, écartant toute action disciplinaire. "Nous ne cautionnons pas la violence contre un animal, quelles que soit les circonstances mais nous voulons remercier tous ceux qui ont apporté leur soutien à Mr Tonkins et confirmons que nous n’avons aucunement l’intention de le licencier. C’est un gardien passionné et un membre estimé de notre équipe depuis six ans."

Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !