Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Ben voyons

Pour la députée Danièle Obono, un agent de la RATP qui refuse de conduire un bus après une femme n'est pas forcément radicalisé

Sur BFMTV, la députée France Insoumise a déclaré ne "pas savoir" ce que veut dire le terme "radicalisation".

La députée Insoumise Danièle Obono, qui s'était fait remarquer cette semaine en citant un passage de l'Ancien testament pour expliquer que toutes les religions se valent en terme de terrorisme et que "n’importe quel prête, officiant dans une église, qui citerait ce passage, favorisait une forme de radicalisation, d’appel au meurtre et à la terreur" (oubliant au passage le message du Nouveau testament), était invitée sur BFM TV ce dimanche, pour débattre de la loi anti-terrorisme.

Une nouvelle fois, elle a refusé d'admettre le problème de radicalisation lié à l'islam. Interrogée précisément sur le cas d'un chauffeur de bus à la RATP refusant de prendre le volant après une femme, elle a expliqué que "ça veut dire qu'il a un préjudice (sic) sur les femmes". "Qu'est-ce que ça a à voir avec le terrorisme? Est-ce que vous estimez que quelqu'un qui refuse de conduire un bus après une femme doit être mis sur écoute, perquisitionné, mis en centre de rétention comme le proposait des députés de la droite ? Non !", a-t-elle lancé.

Alors que la journaliste lui demandait si elle estimait que ce chauffeur était radicalisé, la députée a répondu : "C'est un signe de discrimination. Qu'est ce que ça veut dire "radicalisation" ? je ne sais pas ce que ça veut dire."

Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.