Pour Christiane Taubira, Le Figaro est un "organe de propagande" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Crédits Photo: Reuters

Pas contente

Pour Christiane Taubira, Le Figaro est un "organe de propagande"

La ministre revenait sur l'un des titres de la Une du journal disant "Cannabis : Taubira étudie un allègement des sanctions".

Christiane Taubira est apparue très remontée ce jeudi matin sur Radio Classique. La ministre de la Justice a répondu du tac au tac à une question de Guillaume Durand qui revenait sur l'article du Figaro intitulé "Cannabis: Taubira étudie un allègement des sanctions". Sur le fond, elle a d'abord assuré que ce n'était pas son intention, puis, elle a indiqué que le quotidien fait un "amalgame" avec les propositions du rapport Nadal. Ce qui a eu le don de l'énerver. 

"J'ai vu qu'un journal me fait le procès de vouloir dépénaliser le cannabis. Avec un amalgame incroyable avec la commission Nadal qui fait des propositions sur la contraventionnalisation d'un certain nombre d'actes. Parce que la commission Nadal a réfléchi sur l'action du Parquet. Mais bon, je ne veux pas commenter un journal qui a rompu avec l'information. Et qui se veut organe de propagande" a-t-elle affirmé.

"J'ai une position très claire qui est liée à mon tropisme territorial. Je viens de Guyane, j'ai déjà expliqué que la Guyane est sur la route des cartels, j'ai vu les dégâts de la drogue. J'ai beaucoup lu : est-ce qu'on passe de la drogue douce à la drogue dure ? (...) J'ai bien vu comment les médecins, les chercheurs, étaient divisés sur ces questions là. Donc franchement, je n'ai pas de position. Je pense que la responsabilité de la société c'est de protéger. De protéger la jeunesse" a insisté Christiane Taubira.

Lu sur Radio Classique

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !