Pizzas Buitoni contaminées à E.coli : des bons d'achat de 20 euros offerts aux familles de victimes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation

Un "désagrément" selon la marque

Pizzas Buitoni contaminées à E.coli : des bons d'achat de 20 euros offerts aux familles de victimes

Selon l'avocat d'une vingtaine de familles de victimes des pizzas Buitoni contaminées à la bactérie E.coli, la marque a tenté de les contacter pour leur proposer un bon d'achat. Sonia, mère d'une enfant hospitalisées après avoir mangé une pizza Buitoni, témoigne sur RMC/BFMTV.

La famille de la petite fille de 7 ans contaminée par la bactérie E.coli après avoir consommé une pizza Buitoni a reçu un bon d'achat de 20 euros, ce qu'ont reconnu lundi ses responsables en plaidant l’erreur. « Cela n'aurait pas dû être fait et nous tenons à présenter nos plus sincères excuses à cette consommatrice qui a pu être heurtée par la réception de ces bons d’achat », a déclaré à l'AFP un porte-parole de Buitoni. « Nous allons veiller à ce que cela ne se reproduise pas », a-t-il ajouté.

L'enfant a été hospitalisée deux jours mi-mars pour une pyélonéphrite et « a frôlé la septicémie », selon sa mère. « C'est une douleur supplémentaire (...) Pour eux, la douleur de ma fille vaut 20 euros », s'est indignée la mère de la petite fille. 

Le 18 mars, Nestlé avait annoncé le retrait-rappel des pizzas Buitoni de la gamme Fraîch'Up, après avoir été informé de la présence de la bactérie dans la pâte d'un produit. En France, 53 cas de contaminations sont désormais confirmés selon le dernier point de Santé Publique France. À ce jour, deux enfants sont décédés, même si le lien avec les pizzas n'a pas été confirmé. Une enquête pour « homicides involontaires », « tromperie » et « mise en danger de la vie d’autrui » a été ouverte au pôle Santé publique du parquet de Paris le 22 mars dernier. 

BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !