Pac-Man… dans un microscope | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: YouTube (Høgskolen i Sørøst-Norge)

Tout simplement

Pac-Man… dans un microscope

Des chercheurs norvégiens ont recréé le célèbre jeu vidéo de 1980 avec des micro-organismes.

La vidéo, à la bande-son un brin agaçante, et dans une langue que peu de nos concitoyens maîtrisent, fut postée le 28 juin dernier sur la plateforme YouTube. Elle montre le travail des scientifiques norvégiens de l’University College of Southern Norway (Nottoden, Norvège). Ces derniers ont recréé un minuscule labyrinthe à l'échelle du millimètre, calqué sur celui du jeu vidéo "Pac-Man", et y ont lâché des micro-organismes vivants, afin d'étudier leur comportement. Pourquoi pas.

Il faut dire qu'Erik Andrew Johannessen, le chercheur qui pilote l'étude, est fan de jeu-vidéo "rétro".

Et tout y est : dans le rôle de Pac-Man, des organismes unicellulaires, les "ciliés" et des "euglènes".

Dans celui des fantômes, car eux aussi sont prévus, sinon pas de jeu, des "rotifères", pluricellulaires.

Au départ, ces derniers s'activaient peu dans le labyrinthe, puis ils semblent se réveiller d'un coup, et commencent à chasser leur proie, dans une joyeuse foire. Comme dans le jeu vidéo de 1980, les fantômes sont censés manger Pac-Man, qui doit fuir. C'est exactement ce qui s'est passé à l'issue de l'étude, dont les résultats sont plutôt concluants en termes d'analyse comportementale des organismes protozoaires.

On regrette toutefois que les Norvégiens n'aient pas trouvé un système pour reproduire une règle majeure du célèbre jeu d'arcade : normalement, aux quatre coins du labyrinthe, une pastille magique permet à Pac-Man d'inverser les rôles : en la mangeant, le bonhomme jaune acquiert une toute puissance, et les fantômes, apeurés et privés de leur supériorité, doivent fuir sous peine d'être dévorés par Pac-Man, incarné par le joueur.

On ne leur en voudra pas, d'autant qu'aucun des chercheurs n'a été payé pour cette expérience, réalisée uniquement sur leur temps libre.

Lu sur BEGEEK

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !