ONPC : Yann Moix chagriné que François Fillon envoie son porte-parole Thierry Solère dans l'émission plutôt que d'y participer lui-même | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: Capture d'écran Youtube

Défense

ONPC : Yann Moix chagriné que François Fillon envoie son porte-parole Thierry Solère dans l'émission plutôt que d'y participer lui-même

"J'ai l'impression que quelqu'un envoie son meilleur copain pour passer son bac à sa place", a critiqué le chroniqueur.

Le porte-parole de François Fillon, Thierry Solère, était ce samedi l'invité de Laurent Ruquier dans l'émission On n'est pas couché, sur France 2. Une présence que Yann Moix, chroniqueur de l'émission, n'a pas jugé des plus pertinentes au regard des difficultés dans lesquelles se trouve le candidat des Républicains aujourd'hui. 

"A titre personnel, et je pense qu'on est nombreux dans cette salle, on ne se réjouit pas de voir toute la classe médiatique et toute la classe politique sur un seul homme. C'est toujours nauséabond. Mais est-ce qu'aujourd'hui vous ne pensez pas que François Fillon aurait dû venir ici lui-même, et pas envoyer son porte-parole ?", a interrogé Yann Moix. "C'est une émission tout à fait honorable, où il n'y a pas que des comiques. Et moi, j'ai l'impression que quelqu'un envoie son meilleur copain pour passer son bac à sa place ou lui dire "Tu vois la fille, là-bas, tu ne veux pas aller lui dire qu'elle me plaît ?". Il y a quelque chose qui me gêne dans cette démarche. On a l'impression que c'est un homme qui fuit ses responsabilités", a-t-il poursuivi.

 Thierry Solère a répondu : "François Fillon n'a pas du tout fui. Ici, vous avez des hommes politiques qui refusent de venir, et il n'y a pas que François Fillon. En tout cas, je suis son porte-parole, et je réponds à toutes les questions que vous souhaitez me poser."

Lors de la suite de l'interview, le porte-parole a défendu son candidat, "Je donne un grand crédit à François Fillon. Il n'a jamais été mis en cause en 32 ans de carrière politique", a-t-il déclaré. Il a fait observer que "contrairement à Marine Le Pen", François Fillon n'a "jamais refusé de répondre aux enquêteurs".

Concernant la gestion des frais parlementaires des élus, il reconnait un besoin de réformes, mais regrette qu'il règne "un sentiment permanent de soupçon sur tout le monde".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !