On n'est pas couché : vif échange entre Léa Salamé et Natacha Polony sur l'échec de l'intégration | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: Capture d'écran

Duel

On n'est pas couché : vif échange entre Léa Salamé et Natacha Polony sur l'échec de l'intégration

Alors que Natacha Polony estime que l'école française est inégalitaire, Léa Salamé considère que "le problème de l'intégration" vient plus tard.

Samedi soir, Laurent Ruquier recevait ses anciens chroniqueurs sur le plateau d'On n'est pas couché pour la promotion de leurs derniers livres. Natacha Polony présentait "Nous sommes la France" (chez Plon), Audrey Pulvar son ouvrage "Libres et insoumis" (La Martinière), et Eric Naulleau venait évoquer "Parkeromane" (chez Belfond).

Eric Zemmour et Aymeric Caron étaient absents, ce qui a satisfait Laurent Ruquier : "On parlera de vos livres aux uns et aux autres, c'est ça qui nous a donné évidemment l'idée de vous inviter et c'est aussi pour ça que ni Aymeric Caron ni Eric Zemmour ne sont là ce soir. Parce que, ouf coup de bol, ils n'avaient pas de livre à vendre cette année", a précisé Laurent Ruquier.

Natacha Polony a regretté, lors de son passage devant Léa Salamé, que celle-ci ne s'intéresse qu'à des élements mineurs de son livre. "Le vrai sujet, qui est de savoir comment on répond au fait qu'on a aujourd'hui des jeunes Français qui peuvent tirer sur d'autres Français ou tuer des enfants parce qu'ils sont juifs", a-t-elle dit.

Ce à quoi Léa Salamé à répondu : "Votre réponse, c'est l'école. Je trouve que ce n'est pas suffisant. Quand ils ont dix ans, Mohammed est à peu près aussi égal et intégré au niveau de l'école que David et Charles. Le problème de l'intégration, c'est après, c'est au moment de chercher du travail ou un logement".

Des propos qui n'ont pas convaincu Natacha Polony, qui a conseillé à son interlocutrice de se renseigner.

Lu sur Terrafemina

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !