On n'est pas couché : vif échange entre Laurent Ruquier et Bruno Gaccio sur les ennuis judiciaires de Thomas Fabius | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture d'écran

Clash

On n'est pas couché : vif échange entre Laurent Ruquier et Bruno Gaccio sur les ennuis judiciaires de Thomas Fabius

L'ex-auteur des Guignols de l'Info a peu apprécié que Laurent Ruquier ironise sur Thomas Fabius, qui a laissé pour 3,5 millions de dollars de chèques en bois dans des casinos.

Pour une fois, le "clash" d'On n'est pas couché n'est pas venu des chroniqueurs, Yann Moix et Léa Salamé. Hier soir, ce sont Laurent Ruquier et l'invité Bruno Gaccio qui se sont vivement accroché.

Pendant son traditionnel Flop 10, Laurent Ruquier a plaisanté sur les ennuis judiciaires de Thomas Fabius, sous le coup d'un mandat d'arrêt aux Etats-Unis pour avoir laissé une ardoise de 3,5 millions de dollars dans des casinos. 

Invité à donner son avis sur ce sujet, l'humoriste Bruno Gaccio, qui a été auteur aux Guignols de l'info de 1992 à 2007, s'est dit "effaré qu'on parle de ça".

"Il y a des gens qui nous regardent et qui doivent se dire: 'Tiens, je sais pour qui aller voter la prochaine fois !'", a-t-il déclaré.

Cette réflexion a déclenché la colère de Laurent Ruquier. "Vous n'allez pas me dire ça, vous qui, tous les soirs aux Guignols, avez utilisé pendant 15 ans, ça aussi", a-t-il répondu.

"Qu'un mec aille claquer pour 3 millions dans un casino en faisant des chèques en bois, tout le monde se disait: “Ouais c'est normal”. (...) La façon dont vous plaisantez, au bout d'un moment, me gène. (...) Je ne peux pas mettre sur le même plan, à mon avis, un attentat, un impôt..."

"Arrêtez de vous foutre de notre gueule. Là, c'est énorme. Le mec a fait ça pendant 15 ans et vient nous dire "il ne faut plus le faire", s'est emporté Laurent Ruquier.

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !