On n'est pas couché : pour Aymeric Caron "Carla Bruni a à peu près 20 mots de vocabulaire" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Aymeric Caron

Ca balance

On n'est pas couché : pour Aymeric Caron "Carla Bruni a à peu près 20 mots de vocabulaire"

Le chroniqueur de l'émission de France 2 a assuré que l'ex-première dame avait "refilé un vieux texte" au chanteur Christophe Willem dont elle a collaboré au nouvel album.

Samedi soir, soir de "Caron's show" comme le rappelle Laurent Ruquier au début de la séquence. Au programme de l'émission du soir, Christophe Willem. Le gagnant de la Nouvelle Star vient présenter son nouvel album. Léa Salamé se lance dans une analyse subjective préférant ce retour au source du chanteur, dont elle salue la collaboration avec Jean-Jacques Goldman.

Vient ensuite le tour de son acolyte Aymeric Caron. Qualifiant de "joli" ce nouvel album, avec des petits clins d'œil musicaux, le chroniqueur s'attaque ensuite aux textes et notamment celui de Carla Bruni. "Elle s'est foutu de vous, je ne sais pas si vous vous en êtes rendu compte, demande-t-il à Christophe Willem. Mais elle vous a refilé un vieux texte".

Poursuivant, Aymeric Caron assure s'être plongé dans l'ensemble de l'oeuvre de Carla Bruni. "Et je me suis rendu compte qu'elle a à peu près vingt mots de vocabulaire et qu'elle change un petit peu…", se coupe-t-il pour préciser "dans ces textes, ce n'est pas dans la vie, elle est très érudite on le sait tous." Provoquant un large fou rire sur le plateau.

Aymeric Caron, pour justifier son propos, s'est lancé dans une énumération des termes employés par l'ex-première dame dans ses chansons : "brûler, trembler, épaule, étoile, ciel, soleil, vent, en fait il faut qu'il y ait un peu de météo, ironise-t-il. Naufrage, peau, les mains ou les reins." Puis s'est mis à comparer avec le texte produit par Carla Bruni pour Christophe Willem. Le résultat est concluant (à la 4'55 minute). 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !