On n'est pas couché : Nicolas Bedos défend la cause des non-croyants, une "communauté qui souffre" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société

Autre point de vue

On n'est pas couché : Nicolas Bedos défend la cause des non-croyants, une "communauté qui souffre"

Dans sa chronique humoristique, hier soir, Nicolas Bedos a demandé à tous les religieux d'arrêter de "casser les couilles" des non-croyants.

C'est un prêche que l'on entend peu : Nicolas Bedos, hier dans On n'est pas couché sur France 2, a décidé de faire entendre la voix d'une "communauté qui souffre dans l'indifférence quasi générale des médias français". A l'heure où le débat porte sur la liberté de pratiquer sa religion, de moquer celle de son voisin, de l'exprimer sur la voie publique, Nicolas Bedos pose la question : "A longueur de journée et à lourdeur de journaux, on nous tapisse le bulbe avec les juifs, les catholiques, les musulmans... Mais qu'en est-il de ces orphelins de Dieu qu'on appelle, non sans mépris, les non-croyants ? Qui pense à eux ?"

Et l'humoriste de raconter les déconvenues liées à sa non-religiosité. Il y a Déborah, une juive "belle à en crever. Sauf que pour cette merveille moi je n'étais qu'un goy jusqu'à la peau du gland". Est venue ensuite Fatima, "une beurette incandescente, une paire de seins plus vénérable que tous les seins de l'Eglise. Une bombe pacifique qu'un squatteur de mosquée a poussée vers le tchador. Voiler le corps de Fatima, c'est à peu près aussi con que de poser une bâche sur un tableau de Rembrandt."

"On m'avait dit que la France c'est 'Je pense donc je suis', et je me retrouve dans le pays du 'Je crois donc j'existe", déplore l'humoriste. "Arrêtez de nous casser les couilles", lance-t-il aux "religieux en tout genre" qui ""squattez l'actu en essayant de nous foutre la trouille".

Lu dans L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !