On n'est pas couché : échanges musclés entre Natacha Polony et Aymeric Caron | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: DR

Sur le ring

On n'est pas couché : échanges musclés entre Natacha Polony et Aymeric Caron

La journaliste était de retour sur le plateau de son ancienne émission mais cette fois dans le fauteuil de l'invitéé, face à son ancien comparse.

On se souvenait qu'ils étaient rarement d'accord, lorsqu'ils officiaient ensemble dans On n'est pas couché. Cette fois,  Natacha Polony et Aymeric Caron ne retiennent plus leurs coups. La chroniqueuse du Grand journal était l'invitée de Laurent Ruquier et s'est donc retrouvée face aux critiques de son ancien acolyte sur son livre " Ce pays qu'on abat" qui reprend des billets publiés dans le Figaro.

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que Aymeric Caron avait préparé ses arguments, reprenant chronique par chronique, les déclarations de son interlocutrice. "Dans ce livre, on constate que votre pensée est très Zemourienne ce qui ne m'étonne pas puisque, sur ce plateau, vous l'avez dit à plusieurs reprises que vous partagez 90 voire 95% des idées d'Eric Zemmour. C'est déjà un peu flippant" lance-t-il, lui reprochant de traiter ceux qui ne sont pas d'accord avec elle "d'idiots utiles, des gentils porteurs d'œillères qui n'ont toujours pas compris."

Les critiques ont été acerbes, si bien que la chroniqueuse semblait un peu dépassée par les évènements sans pouvoir véritablement prendre la parole. "Je sais pourquoi je suis partie" glisse-t-elle à Laurent Ruquier. "On ne peut pas discuter comme ça," avant de lui lancer "Aymeric Caron, vous n'avez pas le monopole du journalisme, vous n'avez pas le monopole de l'honnêteté." Réponse immédiate : "Je fais simplement mon travail, il se trouve que chez vous, il y a pas mal de lacunes en termes de vérités."

"Qu'est-ce qu'on fait Léa ?" demande Laurent Ruquier, hilare face à tant de tensions, à Léa Salamé. "Je ne sais pas, c'est une thérapie de couple, on dirait" lui répond sa chroniqueuse.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !