Yann Moix à Jean-François Copé : "êtes-vous plutôt un corrompu de petite envergure (...) ou de plus grande envergure ?" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Clash

Yann Moix à Jean-François Copé : "êtes-vous plutôt un corrompu de petite envergure (...) ou de plus grande envergure ?"

Invité dans On n'est pas couché sur France 2, Jean-François Copé a été attaqué sur ses relations avec le sulfureux homme d'affaires Ziad Takieddine.

Laurent Ruquier proposait, samedi soir sur France 2, un nouveau numéro de son talk-show On n'est pas couché. Venu présenter son livre "Un sursaut français", le maire de Meaux Jean-François Copé a fait face à un incisif Yann Moix. 

Le chroniqueur a d'abord listé plusieurs épisodes de la relation tumultueuse entre l'homme politique et le sulfureux homme d'affaire, de la photo dans sa piscine à un éventuel passe-droit fiscal accordé par Copé du temps où il était ministre du Budget, en passant par la perte d'une "Rolex en or blanc que vous avez offerte Ziad Takieddine, et même Bill Gates n'égare pas ses Rolex". 

Il a ensuite assené une question : "Êtes-vous plutôt un corrompu de petite envergure qui échange des faveurs fiscales contre une baignade dans une piscine de milliardaire véreux ou un corrompu de plus grande envergure qui serait mêlé peu ou prou, je dis bien peu ou prou, à deux financements douteux dans deux campagnes présidentielles via Ziad Takieddine en 1995 et via Bygmalion en 2012 ?"

Jean-François Copé ne s'est pas laissé démonter et a calmement répondu :"Elle n'est pas désagréable, votre question. Elle est un concentré parfait de comment on fait pour démolir quelqu'un. Ce que vous avez dit est tellement violent et bourré de choses fausses (...) Dans les journalistes d'investigation, il y a des gens qui disent des choses vraies, d'autres qui disent des choses fausses (...) Ne peut-il pas arriver que ce qu'on lit soit faux ?" Il n'a jamais été mis en cause par ces affaires, a-t-il rappelé.

Lu dans Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !