Marche des fiertés : un manifestant recouvre la tête de la statue de Jeanne d’Arc d’un tissu noir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Crédits Photo: GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Art moderne

Marche des fiertés : un manifestant recouvre la tête de la statue de Jeanne d’Arc d’un tissu noir

Une scène insolite s’est déroulée ce samedi 30 juin en marge de la Marche des fiertés. Un manifestant a recouvert la célèbre statue de Jeanne d’Arc, choyée lors des anciens cortèges du 1er Mai par le Front National et surtout par Jean-Marie Le Pen, d’un tissu noir.

La statue de Jeanne d’Arc, située place des Pyramides à Paris, a été ciblée par un manifestant en marge du défilé de la Marche des fiertés. La Gay Pride était organisée ce samedi 30 juin dans la capitale.  

Jeanne d’Arc s’est donc retrouvée avec le visage entièrement masqué par un tissu de couleur noire. La personne, qui est parvenue à grimper sur la statue et à appliquer le tissu, a été interpellée à la suite de son geste. 
La tête de la statue a donc été entièrement recouverte lors de cette scène surréaliste. Le monument n’a fort heureusement pas été dégradé, malgré l’action insolite de ce manifestant. Selon la rédaction du Monde et de Yahoo Actualités, les forces de l’ordre ont donc interpellé l’auteur des faits. D’autres manifestants auraient également été arrêtés. Afin de protester contre ces arrestations, la manifestation a fait un sit-in de quelques minutes aux abors de la statue.   
Un autre incident majeur concernant la Gay Pride a eu lieu à l'Assemblée nationale. Un drapeau de couleur arc-en-ciel, disposé spécialement à l’Assemblée nationale à l’occasion de la marche des fiertés, a été abimé par un militant d’extrême droite et anti-LGBT.  

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !