Lycéennes enlevées par Boko Haram : deux jeunes filles témoignent de la violence des ravisseurs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: Capture écran

Bouleversant

Lycéennes enlevées par Boko Haram : deux jeunes filles témoignent de la violence des ravisseurs

Le 14 avril, le groupe islamiste armé a attaqué un lycée de Chibok, dans le nord-est du Nigeria et enlevé 276 adolescentes, dont 223 sont toujours captives.

Cela fait désormais près d’un mois que les enlèvements ont eu lieu. Le 14 avril, le groupe islamiste armé Boko Haram a attaqué un lycée de Chibok, dans le nord-est du Nigeria et enlevé 276 adolescentes, dont 223 sont toujours captives. Depuis, les autorités locales sont toujours sans nouvelles de ces jeunes filles. Si les messages de soutien se multiplient (le dernier en date étant celui de Michelle Obama, ndlr), l’enquête piétine. Les forces de l’ordre recueillent les témoignages des rescapées afin de connaître la zone où les lycéennes pourraient être retenues. Ce dimanche, deux jeunes filles ayant réussi à échapper à la secte ont accepté de parler de ce rapt

"Ils sont partis chercher les filles qui n'avaient pas de chaussure et qui ne portaient pas de voile, pendant qu'ils incendiaient l'école. Certaines d'entre nous ont été chargées dans des voitures mais celles qui ne pouvaient pas rentrer ont dû marcher", a raconté l'une des jeunes filles nigérianes, selon des propos diffusés par MyTF1 news.

"Une fois arrivées dans la brousse ils nous ont demandé de sortir des véhicules. Quand les autres filles sont sorties j'ai dit à une amie qu'il valait mieux être tuées que d'être emmenées dans un lieu inconnu. On a commencé à courir puis on a vu une maison éclairée où l'on s'est abritée. Le lendemain nous avons rencontré un bon samaritain qui nous a ramené chez nous" a témoigné l’autre rescapée.

lu sur MyTF1 News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !