Le "Quand on monte au mât, il faut avoir le c… propre !" d’Alain Vidalies indigne la droite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Culotté

Le "Quand on monte au mât, il faut avoir le c… propre !" d’Alain Vidalies indigne la droite

Lors d’une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, il a crûment répondu à la question d'une députée UMP sur "la nomination d'amis ou de proches du pouvoir".

"Quand on monte au mât, il faut avoir le c.. propre !'"Cette remarque d’Alain Vidalies, à une députée UMP, lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, a indignée l’opposition. Le ministre des Relations avec le Parlement avait été interpellé par Annie Genevard sur la nomination d'un conseiller à Matignon, Philippe Yvin, à la tête de la Société du Grand Paris. Mme Genevard avait également fait allusion à Julie Gayet en dénonçant "la rocambolesque nomination en décembre, annulée en janvier, par la ministre de la Culture, au jury de la Villa Médicis d'une actrice désormais au centre de l'actualité".

Alain Vidalies lui a répliqué en rappelant la proximité avec la droite d'Étienne Guyot, prédécesseur de Philippe Yvin, avant de conclure : "Je pense que vous auriez dû réfléchir au pedigree de ce monsieur avant de venir ici donner des leçons. (...) Et pour reprendre une expression qui est chère, ne vous en offusquez pas, à Laurent Fabius, pour résumer, en général... il paraît qu'en Normandie on dit : quand on monte au mât, il faut avoir ... propre." Le ministre s'est abstenu de citer en entier la fin de la citation : "il faut avoir le cul propre".

Lors de la reprise de la séance, le président du groupe UMP, Christian Jacob, a protesté contre "l'attitude inacceptable, choquante, humiliante, déplacée" d'Alain Vidalies, dont il a exigé "des excuses publiques".

Lu sur lci.tf1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !