L'union de Françoise Dior avec un nazi anglais | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France

Noces funèbres

L'union de Françoise Dior avec un nazi anglais

En 1963, la nièce du couturier se mariait avec un membre du parti national socialiste britannique.
retrouver ce média sur www.ina.fr

Marx estimait que si les faits historiques advenaient deux fois, ils se manifestent sous la forme d'une tragédie la première, et d'une farce la seconde.

C'est un peu le sort de la famille Dior. Aujourd'hui ébranlée par les frasques de son couturier vedette (John Galliano fait l'objet d'une procédure de licenciement après ses propos antisémites présumés), la famille du célèbre couturier comptait jadis une brebis égarée en la personne de Françoise Dior.

En 1963, c'est ce que montre cette vidéo de l'INA, la nièce du fondateur de la maison de haute couture ne cachait pas ses amours nazis. Elle les exposait même au journal télévisé sous les traits de Colin Jordan, une figure du mouvement national-socialiste avec lequel elle allait se marier.

Dans cet entretien accordé à Jacques-Olivier Chattard, Françoise Dior explique les raisons (politiques) de sa romance. Elle affirme qu'elle participera aux activités politiques de son mari après son mariage, notamment dans les pays francophones. Elle confirme vouloir "garder sa race pure", "vénérer le Führer" et "faire de chaque aryen du monde entier un combattant, pas seulement pour l'Allemagne".

Les deux époux se marièrent à Londres selon le rite aryen qui prévoit d'inciser un doigt du mari et de la femme pour que leur sang se mêle sur une page de Mein Kampf. Françoise Dior divorcera 3 ans plus tard.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !