Juan Guaido dément formellement les accusations de liens supposés avec des narcotrafiquants colombiens | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Lourdes accusations

Juan Guaido dément formellement les accusations de liens supposés avec des narcotrafiquants colombiens

L'opposant vénézuélien Juan Guaido a tenu à rejeter tout lien avec un groupe de narcotrafiquants colombiens. Une enquête a été ouverte par les autorités sur la base de photographies sur lesquelles Juan Guaido pose avec des membres du groupe "Los Rastrojos".

Ils auraient aidé l’opposant au président Maduro à entrer en Colombie pour superviser l'envoi d'aide humanitaire vers le Venezuela.

Le procureur général du Venezuela Tarek William Saab a émis l'"hypothèse" selon laquelle le gouvernement de Colombie était au courant de ces "liens" entre Juan Guaido et "Los Rastrojos".

Juan Guaido affirme qu'il ne connaissait pas l'identité de ces hommes. Il a tenté de se justifier devant les médias : 

"Je ne demande pas leurs antécédents (judiciaires) à ceux qui veulent une photo".

Juan Guaido est donc dans le viseur de la justice vénézuelienne. Un gang de trafiquants de drogue en Colombie, l'aurait aidé à passer illégalement dans le pays, en février dernier.

Nicolas Maduro a évoqué une "alliance criminelle" tout en parlant de "scandale".

Le ministre de l'Intérieur du Venezuela, Néstor Reverol, s’est exprimé sur ce dossier : 

"La sortie de Guaido sur le territoire colombien en février de cette année était une opération menée par des narco-paramilitaires colombiens. Ils ont assuré la sécurité et la protection de Guaido lors de son voyage sur le territoire colombien."

Juan Guaido est interdit de sortie du territoire après s'être auto-proclamé président par intérim le 23 janvier dernier.

Euronews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !