Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: capture d'écran Europe 1 / Dailymotion
Jean-Michel Blanquer islamo-gauchisme éducation nationale la france insoumise unef Samuel Paty

Idéologie

Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, était invité de la matinale d'Europe 1 ce jeudi. Au lendemain de la cérémonie d'hommage nationale pour Samuel Paty, le professeur tué dans un attentat à Conflans-Sainte-Honorine, le ministre de l'Education nationale a dénoncé les ravages de "l'islamo-gauchisme". Jean-Michel Blanquer déplore également l'attitude de l'Unef et de la France Insoumise sur cette question. 

"Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages. Il fait des ravages à l'université, il fait des ravages quand l'Unef cède à ce type de choses, il fait des ravages quand dans les rangs de la France Insoumise, vous avez des gens qui sont de ce courant-là et s'affichent comme tels. Ces gens-là favorisent une idéologie qui ensuite, de loin en loin, mène au pire".

Jean-Michel Blanquer, qui répondait aux questions de la journaliste Sonia Mabrouk, a dénoncé les dangers de certaines idéologies au sein de certaines associations et de certains groupes, comme les collectifs qui viennent d'être dissous cette semaine par le gouvernement (Cheikh Yassine notamment) : 

"Le poisson pourrit par le tête. Ce sont des idées qui souvent viennent d'ailleurs, d'un modèle de société qui n'est pas le nôtre. Nous avons un modèle républicain, universaliste. Ce que je souhaite après le drame que nous venons de vivre c'est que l'on arrête de se tortiller, je parle du débat public, face au problème. Je serais d'une très grande fermeté face à tout ceux qui, aujourd'hui, en se croyant progressistes, en réalité font le lit d'une forme de tolérance à la radicalité. C'est inacceptable et cela mène au pire." 

Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !