Invité sur CNEWS, l'ambassadeur d'Iran refuse de serrer la main de Clélie Mathias | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture d'écran

Discrimination

Invité sur CNEWS, l'ambassadeur d'Iran refuse de serrer la main de Clélie Mathias

A Jean-Pierre Elkabbach, il a expliqué qu'il ne serrerait la main que de sa femme, soeur ou grand-mère.

Jean-Pierre Elkabbach a reçu jeudi sur CNEWS l'ambassadeur d'Iran en France, Abolghassem Delfi. L'ambassadeur était invité pour évoquer les accords de son pays sur le nucléaire avec les Etats-Unis et défendre la politique du gouvernement iranien, mais ce n'est pas ce que les téléspectateurs retiendront de l'interview. Plutôt ce qu'il s'est passé à la fin de l'entretien.

"Merci de venir en direct avec nous et de faire l'effort de parler français, je vous serre la main. Si j'étais une femme, vous m'auriez serré la main ?", a lancé Jean-Pierre Elkabbach, en serrant la main de son interlocuteur, sans la lâcher.  Réponse de l'intéressé : "Bien sûr, si c’est ma femme, ma sœur ou ma grand-mère". Relance de Jean-Pierre Elkabbach : "Non, mais si j'étais une journaliste femme ? Non ?" L'ambassadeur, dont la main est toujours dans celle du journaliste, se justifie : "Non, d'après certains engagements de notre religion, nous respectons les femmes, mais quand même, on ne leur serre pas la main. Ce n'est pas pour une partie des femmes". "J'avais remarqué", lancé alors le journaliste.

Cet échange étonnant fait référence à ce qui s'est passé hors antenne, quelques minutes plus tôt. Le diplomate a refusé de serrer la main de Clélie Mathias, coprésentatrice de la matinale. Sur Twitter, Romain Desarbres, co-présentateur de la matinale de CNews, l'a explique : "C'est à cause du refus de l'ambassadeur de serrer la main tendue, hors antenne, par Clélie Mathias, quelques instants avant l'interview". "Ca fait toujours bizarre...", a écrit de son côté Clélie Mathias.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !