Indonésie : dix ans après le tsunami, un couple retrouve sa fille | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture Twitter

Emotion

Indonésie : dix ans après le tsunami, un couple retrouve sa fille

Celle-ci avait réussi à survivre à la catastrophe en s'accrochant à des morceaux de bois.

Ils pensaient ne jamais la revoir… Cela faisait dix ans qu'ils étaient sans nouvelle. Mais cette semaine, un petit miracle a eu lieu en Indonésie. En effet, dix ans après le tsunami meurtrier de 2004, un couple a retrouvé sa fille.  Des retrouvailles, filmées, forcément pleines d'émotions. Récit. 

Selon Le Parisien, le 26 décembre 2004, Raudhatul Jannah, alors âgée de 4 ans, et son frère Arif Pratama, 7 ans à l'époque, avaient été emportés par les vagues géantes du tsunami qui avait fait plus de 220 000 morts dans l'océan Indien. La province indonésienne d'Aceh, où résidait leur famille, sur l'île de Sumatra, avait été dévastée et des dizaines de milliers d'habitants y avaient péri. Les parents de Jannah avaient survécu, mais abandonné tout espoir de retrouver leurs enfants vivants. Pourtant, l'enfant a réussir à survivre à la catastrophe en s'accrochant à des morceaux de bois. A la dérive, elle échoue sur des îles au sud-ouest de la province. Un pêcheur la ramène sur le "continent" et la confie à sa propre mère. La vieille dame, croyant la fillette orpheline, décide de la prendre en charge.

Mais en juin dernier pourtant, l'oncle maternel des enfants a repéré une jeune fille revenant de l'école dans un village d'Aceh, saisi par la ressemblance avec la mère de Jannah. Renseignements pris, les parents de la petite-fille se sont rendus dans le village pour reconnaître leur fille, aujourd'hui âgée de 14 ans, et la ramener chez eux.

 
Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !