Guerre en Ukraine : l’ONU met en garde contre une possible « catastrophe » à la centrale nucléaire de Zaporijjia | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Crédits Photo: Capture d'écran DR / Euronews / Youtube
La centrale de Zaporijjia a été touchée à deux reprises ce week-end lors de bombardements.

Nouvelles frappes

Guerre en Ukraine : l’ONU met en garde contre une possible « catastrophe » à la centrale nucléaire de Zaporijjia

La centrale de Zaporijjia a été touchée à deux reprises ce week-end lors de frappes « suicidaires », selon Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU.

Située au Sud-Est de l'Ukraine, la centrale de Zaporijjia a été touchée à deux reprises ce week-end. Ces frappes ont été qualifiées de « suicidaires » par Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU. Rafael Grossi, le directeur général de l’Agence internationale de l'énergie atomique, a plaidé pour que son organisation puisse intervenir « le plus vite possible » sur le site :

« Je reste très préoccupé par la situation à la centrale nucléaire de Zaporijjia, et je répète que toute action militaire mettant en péril la sécurité nucléaire doit cesser immédiatement. Ces actions militaires, près d’une si grande installation nucléaire pourraient avoir des conséquences très graves ».

Le site de la centrale de Zaporijjia, sous contrôle russe depuis le début mars, a de nouveau été bombardé jeudi, Kiev et Moscou s’accusant une nouvelle fois d’en être responsables.

Depuis le début de l'invasion russe en Ukraine le 24 février dernier, l'Agence internationale pour l'énergie atomique n'a plus accès à la plus grande centrale nucléaire d'Europe. Ce que le secrétaire général de l'ONU appelle une nouvelle fois de ses vœux. Plusieurs détecteurs de radiations, qui jouent un rôle important dans la détection de hausse de radioactivité, ont été rendus hors service par les bombardements.

L’Europe et les Etats-Unis appellent Moscou à cesser toute opération militaire autour de Zaporijjia.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !