Grosse colère de Manuel Valls face à un pompier qui refuse de lui serrer la main | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France

Casse toi, pauv' c**

Grosse colère de Manuel Valls face à un pompier qui refuse de lui serrer la main

En marge d'une visite à Grenoble, Manuel Valls a rencontré des sapeurs-pompiers isérois. L'un d'eux a refusé de lui serrer la main...

Lors de sa visite à Grenoble jeudi, le ministre de l’intérieur est allé saluer les pompiers qui, en conflit avec leur direction depuis trois mois, manifestaient devant la Préfecture, explique le Dauphiné Libéré. Le journal régional a saisi une séquence où Manuel Valls s'énerve lorsque l'un d'eux refuse de lui serrer la main.

Le son est mauvais, mais on l'entend dire : "Quand on refuse de serrer la main à une personne, c'est qu'on a perdu ses valeurs. Moi je vous invite, monsieur, avec l'expérience qui est la vôtre, vous qui n'êtes pas un gamin, qui exercez des responsabilités; quand vous êtes devant un ministre de l'Intérieur, devant un représentant de l'État, devant un membre du gouvernement, je vous invite à vous comporter comme un sapeur-pompier! Il y a une hiérarchie chez les sapeurs-pompiers, et vous devez la respecter! Et si je viens ici pour dialoguer avec des sapeurs-pompiers, ce n'est pas pour qu'on refuse de me tenir la main... de me serrer la main."

Or, dans cette vidéo prise sous un autre angle et plus longue, Manuel Valls précise n'être pas présent en tant que ministre de l'Intérieur, mais pour un autre motif. 

Une réaction qui n'est pas sans rappeler l'épisode du "casse-toi pauv'con" lancé par Nicolas Sarkozy à un visiteur du Salon de l'agriculture en 2008, qui avait refusé de lui serrer la main en lui lançant "touche-moi pas, tu me salis".

Lu sur Le Dauphiné libéré

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !