Galileo : deux satellites ont été envoyés sur une mauvaise orbite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Crédits Photo: Reuters

Anomalie

Galileo : deux satellites ont été envoyés sur une mauvaise orbite

Les satellites, qui devaient alimenter le nouveau système de navigation européen, concurrent du GPS américain, ne pourront probablement pas être repositionnés correctement.

Vendredi 22 août deux satellites Galileo envoyés par une fusée Soyouz n’ont pas atteint l’orbite prévue. Destinés à alimenter le nouveau système de navigation européen, concurrent du GPS américain, les satellites ne pourront probablement pas être repositionnés correctement. Si le décollage et la première partie de la mission se sont déroulés normalement, "une anomalie se serait produite pendant la phase de vol de l'étage supérieur Fregat, conduisant à une injection des satellites sur une orbite non conforme", a annoncé samedi 23 août Arianespace, la société responsable du lancement, précisant toutefois que les deux satellites Galileo Sat-5 et Sat-6 "sont stables et ne présentent aucun risque pour la population". 

"On devait être sur une orbite circulaire de 23 000 km d'altitude, et l'orbite n'est pas circulaire, elle est elliptique et plus basse, aux alentours de 17 000 km, ce qui veut dire qu'on a du mal à remplir la mission", a ajouté Jean-Yves Le Gall, ancien patron d'Arianespace et coordinateur interministériel pour la France du programme Galileo. "Il est encore trop tôt pour connaître les causes de cette anomalie. Mais elle a mené à une erreur d'injection des satellites qui n'ont pas rejoint l'orbite visée", a par ailleurs déclaré à l'AFP Stéphane Israël, le PDG actuel d'Arianespace.  

Arianespace a mandaté ce lundi 25 août, en association avec l'ESA et la Commission européenne, une commission d'enquête indépendante pour définir les causes précises de l'anomalie et "en tirer les conséquences et actions correctrices permettant un retour en vol en toute sécurité et dans les meilleurs délais du lanceur Soyouz depuis le Centre Spatial Guyanais (CSG)". Un nouveau lancement de satellites Galileo par un Soyouz était prévu en décembre. Il faudra toutefois attendre les conclusions de la commission d'enquête pour savoir si cette date peut être maintenue.

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !