Exclu du Congrès pour avoir porté une capuche | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

L'habit ne fait pas le moine

Exclu du Congrès pour avoir porté une capuche

Bobby Rush avait enfilé un sweat à capuche pour rendre hommage à Trayvor Martin, un jeune noir américain abattu le 26 février dernier.

Bobby Rush a été exclu du Congrès américain ce mercredi matin. Cet élu républicain avait revêtu un sweat à capuche et des lunettes noires lors d'une séance à la Chambre des représentants. L'élu voulait rendre hommage à Trayvor Martin, un Afro-américain de 17 ans tué par balles le 26 février dernier par George Zimmerman. Ce dernier, membre bénévole d'une surveillance de quartier à Sanford en Floride avait tiré sur le jeune homme alors qu'il n'était pas armé, il portait seulement un sweat à capuche. Il n'a pas été inculpé, plaidant la légitime défense.

L'affaire a provoqué un tollé aux Etats-Unis. Des manifestants appellent à des "marches de pulls à capuche" à travers le pays et des joueurs de l'équipe de basket-ball Miami Heat ont posé avec des capuches sur la tête en hommage au jeune homme.

 Bobby Rush, un ancien membre des Black Panthers a pris la parole au Congrès. "Trop souvent, cet acte de violence qui a abouti à l'assassinat de Trayvon Martin, est répété dans les rues de notre nation"a-t-il déclaré. "Je félicite les jeunes de tout le pays qui font des déclarations au sujet des réels voyous de ce pays. Particulièrement ceux qui marchent sur nos lois en portant de vrais vêtements", a-t-il ajouté.

"Le profilage racial doit cesser, Monsieur le Président. Juste parce que quelqu'un porte une capuche, ne le désigne pas comme un voyou",a plaidé Bobby Rush avant de revêtir son pull à capuche et d'être exclu de la salle.

Vu sur PBS

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !