Election présidentielle américaine : dérapage d'un élu républicain sur le viol | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: IN.gov / Wikimedia Commons

Polémique

Election présidentielle américaine : dérapage d'un élu républicain sur le viol

Richard Mourdock, issu du "Tea Party", considère en effet que tomber enceinte à la suite d'un viol "est quelque chose que Dieu a voulu"...

Voilà une nouvelle polémique que Mitt Romney, en plein combat avec Barack Obama dans les sondages pour l'élection présidentielle américaine, aurait bien évité.

Richard Mourdock, candidat de l'Indiana au Sénat - et issu du "Tea Party", a déclaré lors d'un débat avec son opposant démocrate Joe Donnelly que les femmes qui tombent enceintes après avoir été violées ne devaient pas avorter et pour cause : « j’y ai réfléchi depuis longtemps et j’ai réalisé que la vie est un don de Dieu. Je pense que même si la vie commence après cette horrible situation de viol, c’est quelque chose que Dieu a voulu ». Une déclaration gênante qui n'est pas sans rappeler celle de Ted Akin, candidat républicain au Sénat mais cette fois dans le Missouri, qui avait déclaré en août sur le même thème qu'une femme était à même d'éviter de tomber enceinte après « un vrai viol ».

« Le gouverneur Romney n’approuve pas les propos de Richard Mourdock, qui ne reflètent pas sa vision », a immédiatement corrigé une porte-parole du candidat républicain. De son côté, Mourdock a essayé d'expliquer son point de vue : « Dieu crée la vie et c’est mon point de vue. Dieu ne souhaite pas le viol, je n’ai jamais suggéré cela. Le viol est une chose horrible, déformer mes propos est quelque chose d’absurde et gênant ». Pas dit que cela rende la déclaration moins abrupte...

 

Vu sur le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !