Election présidentielle américaine : Colin Powell soutient (toujours) Obama | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Charles Haynes / Wikimedia Commons

Bis repetita

Election présidentielle américaine : Colin Powell soutient (toujours) Obama

Le Républicain, ancien secrétaire d'Etat de George W. Bush, réitère son choix de 2008 et donnera son vote au candidat démocrate.

Est-ce vraiment une surprise ? Il y a quatre ans, Colin Powell avait apporté son soutien au candidat démocrate Barack Obama « en raison de sa capacité à inspirer, en raison du caractère fédérateur de sa campagne, et parce qu'il tend la main à toute l'Amérique » - et ce, malgré son appartenance au Parti Républicain. De 2008 à 2012, il n'a pas changé d'avis et a réaffirmé aujourd'hui son avis sur CBS.

Principale critique effectuée à l'égard de Mitt Romney : ses positions inconsistantes quant à la politique étrangère : « Je ne sais pas exactement quel type de gouverneur Romney nous aurions pour ce qui est de la politique étrangère » et, quant à la question afghane, « un jour, exprime sa volonté de rester en Afghanistan mais qui, ensuite, lundi soir (NDLR : lors du dernier débat présidentiel), est d'accord pour un retrait ». Malgré cela, Colin Powell, 75 ans et fut notamment le premier noir à occuper la fonction de chef d'état-major des forces armées américaines, pendant la première Guerre du Golfe., affirme rester un républicain, mais... « républicain d'une tendance plus modérée. C'est une espèce en voie de disparition, je suis désolé de le dire », s'est-il plaint.

A noter : plusieurs titres de presse prennent ouvertement parti pour l'un ou l'autre des candidats. Aujourd'hui, alors que le "New York Post" se rangeait du côté de Romney, le "Washington Post" s'est de son côté placé de celui d'Obama.


Vu sur le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !