Donald Trump : "Les journalistes devraient pouvoir exercer leur métier sans peur" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: Sean Rayford / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Pas Fake News

Donald Trump : "Les journalistes devraient pouvoir exercer leur métier sans peur"

Dans une allocution depuis la Maison-Blanche, le président américain a exprimé un rare message de soutien aux journalistes après la tuerie qui a marqué Annapolis (Maryland).

Ce vendredi 29 juin, le président américain Donald Trump a dénoncé "l'horrible" fusillade qui a eu lieu jeudi dans les locaux du journal local le Capital Gazette à Annapolis. Il en a profité pour adresser un très rare message de soutien à la presse, expliquant que "les journalistes, comme tous les Américains, devraient pouvoir exercer leur métier sans la peur d’être victimes de violentes attaques". Il a déclaré que "cette attaque a choqué la conscience de notre pays et empli les cœurs de tristesse" dans son allocution depuis la Maison-Blanche. Enfin, il a assuré les familles des victimes de son soutien et a promis que son administration fera "tout ce qui est en son pouvoir pour réduire la violence et protéger des vies innocentes".

La porte-parole du président américain Sarah Sanders a, quant à elle, condamné "fermement un acte diabolique d'une violence insensée… Une attaque violente contre des journalistes innocents faisant leur travail est une attaque contre tous les Américains" a-t-elle assuré sur le réseau social Twitter.

Hier soir, Jarrod Ramos, 38 ans, avait fait irruption dans la salle de rédaction du journal armé d'un fusil à pompe qu'il s'était procuré légalement. Il a fait feu sur les journalistes, en tuant quatre sur le coup, un cinquième décèdera peu après à l'hôpital. L'auteur de la tuerie avait attaqué en diffamation l'équipe du Capital Gazette qui avait écrit un article sur lui après sa condamnation par la justice dans une affaire de harcèlement à l'égard d'une jeune femme qui était une ancienne camarade de classe.

Lu sur CBS

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !