Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: South China Morning Post

Bientôt en commerce

Des scientifiques israéliens ont inventé un masque qui détruit le coronavirus

L'équipe de recherche de l'Université Technion à Haïfa développe un masque qui, avec un port USB qui se connecte à une source d'alimentation, attire la chaleur et se désinfecte en 30 minutes, tuant la plupart des virus. Ce masque facial réutilisable qui peut tuer le coronavirus avec de la chaleur en puisant de l'énergie dans un chargeur de téléphone portable.

Le processus de désinfection prend environ 30 minutes et les utilisateurs ne doivent pas porter le masque lorsqu'il est branché, a déclaré le professeur Yair Ein-Eli, qui dirigeait l'équipe de recherche de l'Université Technion à Haïfa.

Le nouveau masque possède un port USB qui se connecte à une source d'alimentation telle qu'un chargeur de téléphone portable standard qui chauffe une couche intérieure de fibres de carbone jusqu'à 70 degrés Celsius (158 degrés Fahrenheit), suffisamment haut pour tuer les virus.

Ein-Eli a déclaré que les masques jetables, en forte demande à l'échelle mondiale pendant la crise sanitaire, n'étaient ni économiques ni écologiques. "Vous devez le rendre réutilisable et convivial, et c'est notre solution", a-t-il déclaré à propos de l'invention.

Le prototype ressemble à un masque facial N95 standard, avec une valve à l'avant et des élastiques pour le maintenir en place autour de la tête. Les chercheurs ont déposé un brevet pour le masque aux États-Unis fin mars et disent qu'ils discutent de la commercialisation du produit avec le secteur privé.

Selon les chercheurs, il se vendra probablement à une prime de 1 $ par rapport au prix d'un masque facial jetable typique.

South China Morning Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !