Des hommes politiques en colère à cause des retards de trains dus à la neige | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: REUTERS/Gonzalo Fuentes

Pas de bol

Des hommes politiques en colère à cause des retards de trains dus à la neige

Certains, comme Stéphane Le Foll, s'énervent au micro de BFMTV.

27 départements sont encore en vigilance orange neige et verglas. Les départements concernés sont : l'Aisne, les Ardennes, l'Aube, l'Aveyron, le Cher, l'Eure, l'Eure-et-Loir, l'Indre, l'Indre-et-Loire, le Loir-et-Cher, le Loiret, le Maine-et-Loire, la Marne, la Mayenne, l'Oise, l'Orne, la Sarthe, Paris, la Seine-et-Marne, les Yvelines, les Deux-Sèvres, la Vienne, l'Yonne, l'Essonne, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et le Val-d'Oise.

"Bravo la SNCF"

À cause de la neige, les trains affichent des retards (jusqu'à 1h30 à Montparnasse), une chose qui énerve certains politiques comme Alain Juppé ou encore Stéphane Le Foll. Et ils n'ont pas hésité à le faire savoir, notamment au micro de BFMTV. "On est resté coincés 3h20-3h50 dans le TGV. (…) Je ne crois pas que ce soit le froid et la neige", a fustigé Stéphane Le Foll, agacé d'être arrivé en retard à Paris où il devait tenir une conférence de presse.

De son côté, Alain Juppé s'est étonné de mettre quatre heures pour un Bordeaux-Paris à cause de 5 cm de neige. "Bravo la SNCF", a-t-il écrit sur son compte Twitter. A noter que la SNCF a réduit la vitesse de ses trains sur une partie de son réseau.

Vu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !