Coupe du Monde 2018 : l'émotion du jeune Benjamin Pavard après sa sélection dans le groupe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Crédits Photo: FRANCK FIFE / AFP

Larmes de bonheur

Coupe du Monde 2018 : l'émotion du jeune Benjamin Pavard après sa sélection dans le groupe

Le jeune latéral droit de 22 ans a fait part, devant les caméras de BFMTV, de son émotion à la suite de sa sélection dans le groupe des 23 pour la Coupe du Monde de football 2018 en Russie.

Benjamin Pavard fait son entrée dans la cour des grands. Le latéral droit de 22 ans, qui évolue au VfB Stuttgart, en Allemagne, a appris jeudi 17 mai au soir, par la voix de Didier Deschamps, sa sélection dans le groupe des 23 pour la Coupe du Monde de football 2018 en Russie. Une très bonne surprise pour ce jeune joueur, qui avait joué trois fois avec l'équipe de France en 2017, à tel point que ce dernier n'a pas pu contenir des larmes de bonheur, a-t-il confié devant les caméras de BFMTV dans la soirée.

"Je vais pas vous mentir, j'ai pleuré"

"Maintenant que la liste est sortie, je suis pressé de disputer cette Coupe du Monde, en tant que remplaçant ou titulaire ; ça, c'est le coach qui décidera. Moi, en tout, cas je suis prêt, même s'il faut y aller et ne pas jouer une minute, je serai capable, parce que c'est vraiment un truc de 'ouf' ce que je vis", explique-t-il, les yeux dans le vague, comme encore sonné par cette annonce. Il promet de se donner "à fond, même aux entraînements".

 "Il y a un an de ça, j'étais inconnu, puis voilà, c'est ma première Coupe du Monde, c'est quelque chose d'énorme. Je vais pas vous mentir, j'ai pleuré, parce que c'est pour moi un truc de 'ouf' de représenter son pays, de faire une Coupe du Monde. C'est incroyable, quoi", lâche-t-il enfin. Espérons qu'il honore sa sélection de la plus belle des manières.

Vu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !