Campagne électorale de Sarkozy en 2007 : ce qu'en disait Takieddine chez Ruquier | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Crédits Photo: Reuters

Flashback

Campagne électorale de Sarkozy en 2007 : ce qu'en disait Takieddine chez Ruquier

Invité sur le plateau d'"On N'est Pas Couché" début 2013, l'homme-clé de l'affaire Sarkozy/Kadhafi avait défendu ses thèses. Retour sur ce passage médiatique...

L'affaire Sarkozy/Kadhafi a connu une nouvelle étape avec l'ouverture d'une information judiciaire pour "corruption active et passive", "trafic d'influence" et "faux et usage de faux". Une annonce qui succède à la plainte de Claude Guéant, l'ancien ministre de l'Intérieur de Sarkozy, contre l'homme d'affaires Ziad Takieddine, au cœur de cette affaire.

Sur le plateau de Laurent Ruquier, début janvier 2013, il assurait ainsi avoir des preuves du financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 par Muhammar Kadhafi, l'ancien dirigeant libyen, alors qu'en 2012 Mediapartavait publié en 2012 un document d'un ancien dignitaire libyen assurant que la Libye avait financé pour "50 millions d'euros" cette campagne.

Suite aux questions répétées de Laurent Ruquier et de ses chroniqueurs Aymeric Caron et Natacha Polony, il avait ainsi affirmé l'existence de rétrocommissions dans le cadre du contrat des frégates françaises vendues au Pakistan et qu'à la suite de l'arrêt du versement de ces commissions, avait été déclenché l'attentat de Karachi en 2002 qui a coûté la vie à onze ingénieurs de l'armement.

Il avait également insisté sur le financement de la campagne présidentielle 2007 de Sarkozy par Kadhafi à hauteur de 400 millions d'euros. Enfin, il avait réaffirmé sa "forte" amitié avec Jean-François Copé, depuis devenu président de l'UMP.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !