Bruno Le Maire : « Ce n'est pas la CGT qui décide en France » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: Capture d'écran Dailymotion / Europe 1 / DR
Bruno Le Maire était l'invité d'Europe 1 ce mardi 24 janvier.

Bras de fer avec le gouvernement

Bruno Le Maire : « Ce n'est pas la CGT qui décide en France »

Le ministre de l’Economie et des Finances, invité sur Europe 1, a dénoncé l’attitude des syndicats vis-à-vis des menaces de coupures d’électricité. La branche énergie de la CGT a notamment mené une action à Marseille lundi.

Bruno Le Maire était l’invité d’Europe 1 ce mardi 24 janvier. Il a notamment été interrogé sur le rôle et sur le poids des syndicats face aux menaces de coupures d’électricité pouvant viser certains élus. 

La CGT Énergie marseillaise a basculé lundi des boulangeries de la cité phocéenne au tarif réduit de l'électricité durant quelques heures, divisant par plus de deux la facturation du courant. Les syndicalistes tenaient ainsi à soutenir les boulangers qui manifestaient lundi contre l'augmentation des prix de l’énergie et souhaitaient faire pression sur le gouvernement vis-à-vis de la réforme des retraites. 

Le caractère illégal de cette opération a été rappelé par le gouvernement mardi matin. Au micro d’Europe 1, Bruno Le Maire a dénoncé l’attitude des syndicats :  

« Ce n'est pas la CGT qui décide en France, ce n'est pas la CGT qui décide des tarifs, ce n'est pas la CGT qui décide qui doit payer quoi. C'est l'État, c'est l'intérêt général, c'est le peuple français à travers ses représentants ».

Bruno Le Maire, sur Europe 1, considère que ces coupures sont « inacceptables ». 

Depuis le début du mouvement d'opposition à la réforme des retraites, les syndicats de l'énergie multiplient les menaces de coupures ciblées, notamment contre des élus qui soutiennent la réforme du gouvernement.

Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !