Braquage de la bijouterie Cartier : la grosse boulette d'iTélé en direct | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: capture d'écran itélé
Braquage de la bijouterie Cartier : la grosse boulette d'iTélé en direct.

Joli !

Braquage de la bijouterie Cartier : la grosse boulette d'iTélé en direct

Alors que tous les autres médias assuraient que la prise d'otage était bien finie, l'envoyé spécial d'iTélé continuait à affirmer le contraire...

La prise d'otage qui a eu lieu en début de soirée mardi 25 novembre à Paris dans un salon de coiffure après le braquage d'une bijouterie Cartier s'est finie à 20h40. Alors que l'ensemble des médias commençaient à relayer l'information, le journaliste d'iTélé dépêché sur place n'a pas hésitéà affirmer le contraire. 

Quand Audrey Pulvar, en plateau sur iTélé a pris la parole pour indiquer la fin de la prise d'otage et a ensuite laisser parler Thomas Lequertier, en duplex devant le salon de coiffure en question, celui-ci l'a franchement contredit."Alors actuellement on n'a pas cette information-là Audrey. On est sur place et ce syndicaliste, qui vient de nous parler donc, nous confirme qu'ils ne se sont pas du tout rendus. Il n'y a pas d'otage et ils sont retranchés. Ils ont commencé à parler avec la BRI, ils commencent à entamer un dialogue et ils nous précisent à l'instant que s'ils ne sortent pas dans les prochaines minutes, dans les prochaines heures tous seuls, ils iront les chercher", a assuré l'envoyé spécial, alors même que tous les autres journalistes évoquaient la présence d'un otage.

Et Audrey Pulvar, de l'interrompre, gênée : "Alors Thomas, je suis obligée de vous interrompre, je vous confirme que la prise d'otage est bien terminée..." Oups… 

Lu sur Jeanmarcmorandini.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !