Bernard Accoyer refuse de s'excuser | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France

Bras de fer

Bernard Accoyer refuse de s'excuser

Le président de l'Assemblée nationale avait laissé entendre mercredi qu'une victoire de la gauche en 2012 aurait les conséquences d'une guerre.

Invité de la matinale de RTL ce jeudi, Bernard Accoyer est revenu sur ses propos de la veille, qui avaient provoqué un tollé à gauche. Le président UMP de l'Assemblée nationale a assuré qu'il ne regrettait pas d'avoir lancé : "Ne nous y trompons pas : si nous ratons ce rendez-vous de la responsabilité et du courage, les conséquences économiques et sociales pourraient être comparables à celles provoquées par une guerre", en conclusion d'une discussion sur les propositions PS pour 2012.

Cette phrase affirme-t-il n'était pas destinée à l'opposition, mais à l'ensemble de la classe politique. "La gauche a pris ces propos exclusivement pour elle. La réalité, c'est que si on ne fait pas les réformes et qu'on ne maîtrise pas les dépenses publiques, la situation serait d'une extrême gravité. Si on ne peut plus parler du fond, ça pose un problème", a-t-il réagi, avant de poursuivre :  "Non, on ne peut pas regretter des propos qui sont interprétés d'une façon partisane et déformée". 

Autre signe laissant penser que la campagne présidentielle sera placée sous le signe des attaques, Jean-François Copé aurait lancé mercredi matin lors d'une réunion à huis clos du bureau politique de l’UMP, à propos des récents échanges entre le PS et le parti présidentiel : "Chez nous, c’est massacre à la tronçonneuse", 

Vu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !