Belgique : le Premier ministre Charles Michel a présenté sa démission | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Crédits Photo: capture d'écran Huffington Post

Crise politique

Belgique : le Premier ministre Charles Michel a présenté sa démission

Charles Michel a été contraint de présenter sa démission ce mardi 18 décembre. A la tête du gouvernement depuis  octobre 2014, il était dans l’incapacité de former une coalition depuis la signature du pacte de Marrakech, le pacte mondial de l’ONU sur les migrations. 

A la suite de la signature de cet accord, plusieurs ministre de la Nouvelle alliance flamande (N-VA) ont décidé de partir. Ils redoutaient une perte de souveraineté de la Belgique. 

Le Premier ministre a annoncé cette décision devant la chambre des députés. 

"Je prends donc la décision de présenter ma démission et mon intention est de me rendre chez le roi immédiatement".

Faute de coalition, Charles Michel avait lancé un ultime appel le 18 décembre devant la Chambre belge. Il souhaitait fédérer les députés afin de poursuivre les réformes avant les élections législatives prévues en mai 2019. Cet appel n'a pas été entendu. Les socialistes et les écologistes avaient même annoncé le dépôt d'une motion de méfiance.

Le Premier ministre Charles Michel a donc présenté mardi soir la démission du gouvernement fédéral au Roi. Cette décision est en suspens. Des consultations seront menées d'ici jeudi avec les présidents de partis. 

Après l'acceptation de la démission, le parlement devrait se dissoudre dans une période de quarante jours. Des élections anticipées pourraient ensuite intervenir fin janvier ou début février. 

Le choix d’un gouvernement avec des compétences limitées est également une solution alternative envisagée. Ce nouveau gouvernement de transition pourrait demander le soutien du parlement pour chaque dossier jusqu'aux élections prévues en mai. Le parlement pourrait continuer à fonctionner normalement.

La Belgique pourrait donc plonger dans une nouvelle crise politique majeure si aucune solution n'était trouvée dans les toutes prochaines heures. 

Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !