"On n'est pas couché" : Kev Adams dénonce "la jalousie et la frustration" de ceux qui le critiquent | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Crédits Photo: capture d'écran ONPC

Génie incompris

"On n'est pas couché" : Kev Adams dénonce "la jalousie et la frustration" de ceux qui le critiquent

C'est dur dur dur d'être un artiste. L’humoriste Kev Adams, qui fête actuellement ses dix ans de carrière, était l'invité d'On n'est pas couché sur France 2 ce samedi 27 avril. Revenant sur son parcours, il a été interrogé par Charles Consigny sur le film Alad’2, qui selon le chroniqueur "a obtenu les pires notes [sur Allociné] de toute l’histoire du site" (NDLR : ce n'est pas exactement vrai, le film DragonBall Evolution ayant fait pire).

"Ça fait très longtemps que je ne vais plus voir les notes Allociné sur les films. A part quand elles sont bonnes – là, je me dis, bon, si les gens ont bien voté, c’est qu’il y a effectivement quelque chose", a répondu Kev Adams.

"Mais parfois [il y a] des films que j’ai très envie d’aller voir et qui ont de très mauvaises notes et je ne me laisse pas réellement influencer par ça parce que, aujourd’hui, avec la puissance des réseaux sociaux, il y a des gens qui se mettent ensemble et se disent "Viens, on pourrit ce film", ça peut paraître un peu ouf, mais ça existe", a-t-il poursuivi.

"Il y a des gens qui sont profondément convaincus que je n’ai pas le droit de faire des films, donc qui ne vont pas les voir, et passent des journées – ça a été prouvé, j’ai demandé aux gens de Pathé d’étudier un peu ça parce que c’est hallucinant – à mettre des mauvais commentaires et à déconseiller les gens d’aller voir ce film. Ils ont l’impression d’avoir une influence certaine dessus."

"Il y a de la jalousie, mais il y a aussi de la frustration", a estimé l’humoriste. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !