Tout savoir sur Slack, l'appli qui révolutionnera votre manière de travailler et vos rapports en entreprise (même la NASA s'y est mise) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Tout savoir sur Slack, l'appli qui révolutionnera votre manière de travailler et vos rapports en entreprise (même la NASA s'y est mise)
©Flickr

La minute tech

Tout savoir sur Slack, l'appli qui révolutionnera votre manière de travailler et vos rapports en entreprise (même la NASA s'y est mise)

Lancée en 2014, la plate-forme de communication Slack annonçait avoir atteint la barre des 2,3 millions d’utilisateurs en février dernier. Une véritable libération pour ceux qui passent leur temps à trier leurs mails.

Samuel Monier

Samuel Monier

Informaticien indépendant Réseaux et systèmes - Infrastructure - Serveurs.

Voir la bio »

Atlantico : Comment expliquer le succès de la plate-forme de communication Slack ?

Samuel Monier : Le domaine de la communication collaborative est un vaste sujet. De mon point de vue, c’est dans ce secteur que les évolutions seront les plus nombreuses à l’avenir. Les éditeurs de solutions peinent à proposer des solutions novatrices, pratiques à utiliser et à mettre en place, à des tarifs accessibles, et répondant vraiment aux besoins des entreprises. Slack propose ici un modèle très intéressant apportant beaucoup de souplesse, des tarifs accessibles (voir gratuit pour les très faibles besoins ou pour découvrir la solution sans engager de frais), permettant de payer par utilisateur, et une intégration à des outils tiers (Dropbox, Google, etc.). Tous ces points réunis ont certainement dû retenir l’attention de grandes sociétés, mais aussi de clients de plus petites tailles, ce qui est à mon avis une force commerciale.

Quelles sont les spécificités fonctionnelles de cette application de collaboration ? Qu’apporte-t-elle par rapport aux “chats” déjà utilisés par les entreprises ?

La solution est en mode SaaS. Facilité de déploiement de la solution, et souplesse, sont des atouts indéniables. La solution est déclinée sur PC et smartphones. La plateforme propose ensuite une interface claire, permettant tout d’abord de communiquer par trois moyens. On peut effectivement contacter un collaborateur par message privé, créer une conversation privée avec des membres sélectionnés, ou créer un "salon" de conversation thématique et ouvert. Tout cela est accessible facilement sur la même interface. Ensuite, on peut partager des données (documents, images, fichiers divers) facilement sur la plateforme. Slack incorpore aussi des features issues du monde des réseaux sociaux. On peut taguer une personne dans une conversation, ce qui permet de l’avertir par une notification. On peut aussi "liker" une intervention d’un membre, ou même utiliser des hashtags afin de permettre une recherche thématique des conversations. A la différence d’une messagerie classique d’entreprise, les conversations sont archivées, ainsi que tous les fichiers partagés (quota de taille selon l’abonnement), et on peut facilement effectuer une recherche sur ces archives. Enfin, Slack mise sur une facilité à ajouter des outils tierces à son compte, comme Dropbox, Google Drive, Twitter, Skype, etc. On voit ici, au final, une volonté de mixer les meilleurs atouts d’une messagerie d’entreprise, des mails classiques, et d’une plateforme de partage de contenu. Bref, le maillon qui manquait à une communication fluide au sein d’une entreprise.

Dans un podcast (Game Plan, 8 aout 2016), les animatrices américaines Rebecca Greenfield et Francesca Levy s’émerveillent de la popularité de Slack aux Etats-Unis. Même la NASA s’y est mise. Peut-on prévoir une même fascination pour la France ?

La France est parfois réticente à certaines nouveautés, et les habitudes au sein des entreprises sont plus difficiles à changer que dans d’autres pays comme les Etats-Unis. Je crois néanmoins que, notamment dans le milieu des entreprises de tailles moyennes, cet outil est vraiment ce qui leur manque. Il deviendra indispensable de s’équiper de ce genre de solutions, qui améliorent grandement la communication. Et c’est souvent cette communication, plus ou moins bien gérée, qui est la cause de beaucoup de problèmes dans les entreprises de tailles moyennes. Beaucoup sont encore en permanence en train de vérifier les informations reçues dans le flot de mails insoluble, les messages reçus sur les chat internes, etc. Je pense cependant qu’il reste quelques barrières à faire tomber. Par exemple, quid des données conservées et de la confidentialité ? C’est un sujet très sensible, et je ne sais pas quelles garanties sont proposées. Ensuite, pour rentrer dans les entreprises de moyenne taille, Slack devrait miser sur un réseau de distributeurs/partenaires. En France, les entreprises aiment fonctionner avec des "pros" en local, et recevoir de l’assistance, du conseil, et de la formation. C’est par ce biais que Slack sera mieux perçu, et surtout proposé aux entreprises. Ensuite, j’aimerais voir une intégration qui prenne en compte les appels et SMS échangés avec ses collaborateurs. Ce serait ainsi vraiment complet. Je pense aussi que l’outil devrait permettre (je ne sais pas si c’est le cas) de spécifier des horaires pour avoir un droit à la "déconnexion". Sinon, ce genre d’outil invasif empêche de "décrocher" du travail. Malgré tout, je pense effectivement qu’on va beaucoup entendre parler de cet outil. Et preuve est que le marché est important, Facebook travail sur un concurrent, "Facebook at work", qui lui permettrait de mettre un pied dans le monde des communications unifiées, et de se positionner chez les professionnels…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !