Terrorisme amateur, le problème sans solution | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Terrorisme amateur, le problème sans solution
©

Mauvaise nouvelle

Terrorisme amateur, le problème sans solution

Dans sa version « amateur », le terrorisme est littéralement insaisissable. Jusqu’à ce qu’il disparaisse de lui-même, et qu’il soit sans doute remplacé par une nouvelle technique de violence aveugle, il faudra apprendre à vivre avec.

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019

 

Voir la bio »

Il est devenu dérisoire de commenter les attentats djihadistes qui nous pourrissent la vie depuis des années, tant tout et son contraire a déjà été dit et redit de leurs organisateurs, de leurs motivations, de leurs victimes, et des réactions martiales (« Les fichés S à Guantanamo ! ») ou lénifiantes (« Vous n’aurez pas ma haine ! ») qu’ils provoquent invariablement.

 

Et l’annonce d’une nouvelle attaque au couteau ou à la voiture-bélier, parce qu’elle finit par ressembler à celle d’un carambolage sur l’autoroute ou à une saute d’humeur de la météo dans sa banalité, est désormais accueillie comme un quasi fait-divers :

 

– T’as vu Barcelone sur BFM TV ?

– Oui, c’est horrible. C’est comme à Londres, non ?

– Plutôt comme à Nice je dirais. Qu’est-ce qu’il y a pour dîner ?

 

A l’exception de complotistes bornés, convaincus que leurs gouvernements ne mettent pas réellement tout en œuvre pour éradiquer le phénomène au nom d’on ne sait quel agenda secret, la plupart des Parisiens, des Berlinois, des Londoniens ou des Barcelonais ont depuis longtemps compris les limites du déploiement de militaires dans les rues, d’érection de barrières de béton sur les places de marché et, même, du travail en amont des services de renseignement...

 

Le meurtre de masse est désormais pratiqué par un clampin anonyme au QI d’huître qui, même s’il poste des vidéos de rappeurs sur Facebook, boit volontiers du whisky-coca au Macumba le samedi soir et a toute l’estime de ses voisins de palier, rêve secrètement de mettre le monde à feu et à sang avant d’aller rejoindre ses 72 houris en voile intégral au paradis des connards.

 

Au mieux, et indépendamment du contexte géopolitique et religieux qui la sous-tend, cette mode du terrorisme « amateur » finira par passer, puisque c’est le principe des modes, sans doute pour être remplacée par une nouvelle technique de violence aveugle élaborée par quelque fanatique barbu dans sa grotte. Au pire, elle rejoindra de manière permanente les mitraillages de lycées américains au sommaire des manuels de criminologie. Dans un cas comme dans l’autre, même les carambolages autoroutiers et les sautes d’humeur de la météo resteront plus faciles à prévoir.

 

Ça vous déprime ? Ça vous met en pétard ? Moi aussi. Mais bonne fin de vacances malgré tout. Et faites attention à vous.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !