Tech fiction : les dix prochaines tendances pour 2020 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L'industrie du 3D va prendre de l'ampleur.
L'industrie du 3D va prendre de l'ampleur.
©Reuters

La minute tech

Tech fiction : les dix prochaines tendances pour 2020

Le site Memeburn s'est essayé à des projections sur l'évolution de la tech et de nos rapports avec elle durant les années à venir.

Nur bremmen sur le site Memeburns'est essayé à l'exercice classique des Tops Ten en collectionnant les résultats et prédictions d'études économiques ou de prospectives que les consultants en tech publient régulièrement, en particulier le cabinet Gartner, pour en extraire un petit guide en dix points de "tech fiction" à l'horizon 2020.

Les menaces 3D

En tête des tendances lourdes et/ou menaçantes pour une certaine industrie, l'impression 3D. "En 2018, l'impression 3D aura provoqué cent milliards de perte en revenus de propriété intellectuelle au niveau mondial." Selon le cabinet Gartner, le prix en chute libre des imprimantes 3D va provoquer un clash inévitable avec au moins un constructeur de tech occidental et les fabricants et industriels pourraient connaitre ce qu'a connu la musique, de la part non pas de geeks ingénieux souhaitant reproduire chez eux quelques objets ou puces grâce aux plans trouvés sur Internet, mais de concurrents et fabricants impatients et tout à fait prêts à piller et reproduire leurs créations. 

Autre prédiction : dès la fin de 2015, les autorités sanitaires ici et là devront publier des réglementations sur l'impression 3D de tissus humains avant son développement anarchique. Le Bioprinting (impression biologique) est la branche médicale de l'impression  trois D, dont on pense qu'elle pourra produire des tissus et organes un jour lointain. 

Business "crowdsourcé" et agitation sociale

Deux tendances contradictoires s'affronteront : l'adoption des nouvelles technologies par les grandes entreprises et la révolte de la base des internautes, confrontés à la concurrence des machines.

D'ici à 2017, plus de la moitié des sociétés vendant des biens de grande consommation tireront 75% de leur innovations et capacités en recherche et développement du "crowdsourcing", les processus et démarches impliquant les consommateurs et les internautes. Manquent encore les outils pour mettre en relation la "créativité des foules", que ce soit en marketing, publicité ou recherche scientifique et les commanditaires.

Mais parallèlement, la prospective prévoit aussi que "d'ici à 2020, le numérique produira aussi agitation sociale et recherche de nouveaux modèles économiques dans plusieurs économies matures" : une version plus importante de mouvements tels que “Occupy Wall Street“ pourrait débuter d'ici à la fin de 2014, indiquant l'émergence de mouvements souhaitant relancer les débats politiques prédit même MemeBurn à très court terme.

A prévoir aussi : des conflits directs ou indirects entre homme et machines, qui apprendront au lieu de simplement exécuter et deviendront des concurrents en puissance sur le marché de l'emploi. 

Données à vendre

Du côté des données personnelles, sujet ultra sensible depuis l'affaire Snowden, le cabinet Gartner se demande si la tendance ne ne va pas se retourner vers un commerce ouvert de ces données.

Les citoyens espionnés, aux données exploitées, pourraient se réveiller et mettre en vente volontairement au plus offrant le nouveau "sang" de l'économie numérique. Le pourcentage de 80% de personnes est avancé, qui, d'ici à 2017, collecteront suivront et vendront aux enchères leurs données... Une prise d'indépendance compréhensible, si on croit par ailleurs à la prédiction suivante, que dès 2015, entreprises et gouvernements ne pourront plus protéger 75% des données sensibles dont ils ont la charge législative ou commerciale cèderont un plus grand pouvoir aux internautes eux- mêmes. 

D'autres prévisions, guère plus optimistes, peuvent être trouvées sur le site Memeburn.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !