Révélations sur la rencontre secrète entre Fillonistes et Juppéistes ; Emmanuel Macron dévoile enfin une partie de son programme ; dernier plan B pour remplacer une candidature Hollande : Jean-Yves Le Drian | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Révélations sur la rencontre secrète entre Fillonistes et Juppéistes ; Emmanuel Macron dévoile enfin une partie de son programme ; dernier plan B pour remplacer une candidature Hollande : Jean-Yves Le Drian
©

Revue de presse des hebdos

Révélations sur la rencontre secrète entre Fillonistes et Juppéistes ; Emmanuel Macron dévoile enfin une partie de son programme ; dernier plan B pour remplacer une candidature Hollande : Jean-Yves Le Drian

Et aussi Donald Trump, adepte de la méthode Coué ; 13 novembre , un an après ; Philippe de Villiers et le "nouvel édit de Nantes"...

Anita Hausser

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires Femme députée, un homme comme les autres ? (2014) et Bruno Le Maire, l'Affranchi (2015). 

Voir la bio »

Avec des résultats connus dans la nuit de mardi à mercredi, difficile pour les hebdos français de s'adapter à l'évènement. En kiosque dès le mercredi matin, l'Express fait l'impasse sur l'élection et raconte "Comment la France a changé" en un an, à l'occasion du premier anniversaire des attentats du 13 novembre. Paris-Match a retardé sa parution, le temps de concocter une édition spéciale (-pour ce jeudi à Paris et vendredi en province).Valeurs Actuelles offre sa couverture à Philippe de Villiers avec ce titre " Ma France sans l'islam". Et L'Obs qui a souvent couvert la campagne américaine, a fait l'impasse sur la nuit électorale avec un bon motif : le journal dévoile le programme d'Emmanuel Macron qui "sera candidat à la présidentielle de 2017 quoiqu'il arrive, que Hollande soit, ou non, dans la course". Le journal est catégorique sur ce point. L'Obs prend soin de préciser qu'il "éclairera ses lecteurs ...sur le programme de tous les candidats à l'élection présidentielle, à commencer bien sûr par les prétendants à la primaire de gauche", mais sans être mesure de préciser si l'ancien Ministre de l'Economie s'inscrit dans cette démarche. Il y a quelques semaines François Hollande déclarait dans ses colonnes qu'il "est prêt" pour repartir à la bataille. Mais c'était juste au moment de la parution du livre "Un président ne devrait pas dire ça". Emmanuel Macron semble lui répondre "Moi aussi", puisqu'au dernier pointage il a déjà récolté 2,8 millions d'euros de dons", et affiche un optimisme débordant: ainsi il ne croit pas du tout "qu'en 2017 ce sera mécaniquement le tour de la droite !"... Lui rêve de "refondation politique, parce que, ce qui constitue aujourd'hui le parti socialiste d'une part et  Les Républicains d'autre part n'est plus adapté aux vrais défis du pays. On ne peut plus avoir le même modèle de régulation économique et sociale qu'avant. Or le clivage gauche-droite se structure toujours autour des paramètres de l'ancien modèle...".Le futur candidat ne " croit pas aux propositions de la droite d'un retour généralisé aux 39 heures payées 35", et souhaite "bon courage à ceux qui vont expliquer aux gens qu'ils vont perdre quatre heures supplémentaires...En revanche quand on est jeune, 35 heures ce n'est pas long...Ce n'est pas assez. On veut travailler plus, on veut apprendre son job...".Il souhaite instaurer la flexibilité pour l'âge de la retraite et profondément modifier l'école, en "donnant beaucoup plus d'autonomie et de moyens aux écoles primaire en réseau d'éducation prioritaire", avec des profs plus nombreux et mieux payés dans les classes des quartiers défavorisés", rapprocher l'université et les grandes écoles et se prononce en faveur d'une " sélection au niveau des masters". Enfin il souhaite que ceux qui sont au régime de la micro entreprise et les indépendants aient droit aux allocations chômage, ainsi que les personnes qui démissionnent car, explique-t-il, "cela pourrait éviter les burn-out des salariés qui demeurent dans une entreprise parce qu'ils pensent qu'ils n'ont pas d'autre choix. On doit aboutir à un système universel d'accompagnement des transitions d'un travail à un autre, quelle que soit votre situation..." Edouard Balladur n'a pas eu le temps de prendre connaissance des propositions d'Emmanuel Macron mais il  étrille sa démarche dans une longue interview au Point :"Je ne sais pas très bien où il se situe. Quand on lui a demandé s'il serait candidat à l'élection présidentielle, il a répondu:" le temps de l'incarnation n'est pas encore arrivé!" Langage évangélique! On se retrouvait au temps de la démocratie chrétienne! Cela m'a rappelé ma jeunesse, quand j'étais abonné à Esprit et que je lisais Emmanuel Mounier". Autrement dit, démodé.

Primaire de droite : méfiance sur toute la ligne

L'Express révèle que les proches de François Fillon et Alain Juppé se sont rencontrés secrètement afin de " s'organiser pour éviter les fraudes ...C'est dire si la menace d'un scrutin insincère est prise au sérieux.." et le souvenir de l'élection truquée pour la présidence de l'UMP, à la fin 2012 et des accusations réciproques de malhonnêteté sont encore dans toutes les mémoires ". Pendant quatre heures, chaque circonscription a été passée au crible. Il en a été repéré quelque 150 sur les 577 .... Afin de tenter d'éliminer tout risque de nouvelles irrégularités lors du premier tour de la primaire, les fillonistes et les juppéistes se sont accordés pour être présents dans tous les bureaux de vote jugés à risque"....L'Obs s'interroge pour sa part sur un possible rapprochement Sarkozy-Fillon, tout cela parce qu' "avant le débat télévisé, l'ancien président et son ex-premier ministre se sont isolés quelques minutes, visiblement réconciliés, souriants et détendus...Est-ce le signe d'un pacte de non agression entre les deux hommes?" Le journal pose la question. Et Edouard Balladur s'interroge, lui, sur la pertinence de la primaire. L'ancien premier ministre qui soutient Nicolas Sarkozy," reconnait qu'il s'était rallié à l'idée après 2011" (la primaire du PS); il se dit "aujourd'hui perplexe sur ses mérites. Tout d'abord, cela donne des campagnes interminables...Et cela conduit à favoriser la constitution de réseaux, c'est-à-dire de sous-partis dont on peut supposer qu'ils survivront à l'élection". A la question du Point " Quand avez vous vu Jacques Chirac pour la dernière fois?", son ancien adversaire de 1995 répond "Cela fait vingt ans. Il m'avait invité à déjeuner pour me dire tout le bien qu'il fallait penser du musée du Quai Branly....".

Le Drian, au cas où???

C'est l'Obs qui avance l'hypothèse : et si "Jean-Yves Le Drian était le candidat surprise du PS en 2017 ? "...Dans l'hypothèse où François Hollande renoncerait, ce qui est loin d'être fait. "Depuis plusieurs semaines des proches du Ministre de la Défense le poussent à sortir du bois et à manifester son intérêt pour la primaire socialiste. Leur argument: les Français sont à la recherche d'un homme politique solide, rassurant, pas trop jeune". Un Juppé de gauche? Le menhir breton a le profil parfait" selon eux. Pour l'heure " Valls est son champion" en cas de renoncement de François Hollande. Mais " si les sondages le faisaient apparaitre comme le sauveur d'une gauche en lambeaux"? Si, si, ...Jean Yves Le Drian a une réponse toute prête :"Secret Défense"!

Trump et les codes nucléaires

Le Point était prêt. "L'Homme le plus puissant du monde" est en couverture du magazine qui consacre une trentaine de pages à cet évènement historique avec des interviews d'économistes, de spécialistes en géopolitique, etc. , et constat que " jamais un président n'a été aussi peu préparé à l'exercice. Il (Trump) l'avoue, il ne lit pas les rapports-trop longs-et, quand on lui a demandé d'où il tirait ses infos militaires, il a répondu qu'elles provenaient des émissions de télé". En lisant le mag on apprend que le "nègre" de son autobiographie,"L'art du deal" exprime les pires craintes "s'il est chargé des codes nucléaires" et "s'en veut de l'avoir présenté comme un génie des affaires", car Trump  est " totalement obsédé par la célébrité, le besoin d'attention du public, une faim insatiable pour l'argent, les compliments et la célébrité"... D'ailleurs, rappelle le Point, "une cinquantaine d'experts en sécurité nationale ont signé une lettre affirmant que Trump serait le président le plus dangereux de l'Histoire américaine".... Si pour Donald Trump "la France n'est plus ce qu'elle était, le nouvel élu "a des influences philosophiques et se réfère souvent à un courant de pensée qui, en France, fait sourire mais qui est pourtant très en vogue aux Etats-Unis. C'est le concept de pensée posée positive d'Emile Coué (et sa fameuse méthode) fondée sur l'estime de soi"...On devrait peut-être essayer plus souvent chez nous ....

De Villiers : ma France sans l'islam

Pour Philippe de Villiers non plus la France n'est plus ce qu'elle était .L'ancien ministre signe un nouveau pamphlet "Les cloches sonneront-elles encore demain?"(Albin Michel). Pas sûr, si on lit son interview dans Valeurs Actuelles où il explique avoir écrit ce livre le jour "où j'ai eu accès à une note du service central du renseignement territorial datée du 29 septembre 2015, qui décrit la salarisation galopante des mosquées...Elle m'a conduit à enquêter sur " le nouvel édit de Nantes". Il s'agit d'un objectif stratégique qui a été conçu pour la France, dans le cadre du projet Tamkine, avec un véritable plan territorial d'islamisation de l'Europe...Le projet Tamkine est l'ultime étape du djihad civilisationnel pacifique, que les Frères musulmans appellent "l'islamisation tranquille": il s'agit d'infiltrer nos institutions , d'infiltrer nos institutions, d'utiliser les droits de l'homme comme cheval de Troie, afin "d'inscrire le récit islamique dans le récit historique de l'Europe". Philippe de Villiers dit "partager une commune inquiétude sur le devenir de la France avec Michel Onfray et Alain Finkielkraut"...et n'est pas très tendre pour Marine Le Pen qui dit que l'islam est compatible avec nos valeurs:" Quand j'ai entendu cela, je me suis dit : on aura un peu plus d'islamisation avec Alain Juppé, un peu moins avec Marine Le Pen. Elle est encore à Maastricht. Elle chemine. Il ne faut pas qu'elle fasse du stop avec Philippot. Il n'a pas pris en compte les questions identitaires"...Ces deux là ne passeront pas leurs vacances ensemble !

13 novembre, un an après

Deux militaires de Sentinelle surveillant Paris sont en couverture de l'Express qui a enquêté sur les changements intervenus en France depuis le 13 novembre 2015..." nous ne vivons plus tout à fait comme avant" note le mag ,mais l'optimisme est de rigueur dans ses colonnes : pas question de résignation !..."les attentats de Paris ont dopé la solidarité nationale .Aider. Protéger. Défendre. Jamais peut-être ces mots n'ont sonné si doucement aux oreilles des Français...Ils ont été nombreux après le 13 novembre à s'engager dans les rangs des associations ou des réserves des forces de l'ordre...Au Secours Populaire les volontaires affluent...On se bouscule pour devenir gardien de la paix ou gendarme....Mais les attentats ont modifié le regard des Français sur l'islam et ses fidèles...Un fossé s'est creusé...Une part croissante des Français exprime une méfiance ou un rejet vis-à-vis de l'islam: moins de 30% de la population pense que les personnes de confession musulmane sont bien intégrées, selon un sondage IPSOS de janvier 2016"... L'Express s'interroge et interroge : " Contre l'islamisme radical et les risques d'attentats, les efforts engagés sont-ils à la hauteur de la menace?"D'après le juge Michel Debacq, la réponse est négative... Et il préconise la création d'un parquet national antiterroriste, sur le modèle du parquet financier crée en 2014... Car "la lutte antiterroriste demeure centralisée au Parquet de Paris, compétent sur l'ensemble du territoire". Le mag est aussi allé voir des rescapés du Bataclan qui ont quitté Paris pour se reconstruire. L'Obs, pour sa part, consacre une enquête à "L'amour après le Bataclan", des histoires de couples que l'événement a formé, brisé, ou encore consolidé !

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

La Hollandie en furie contre le Président ; l'Obs dans les affres de la "tentation Juppé" à gauche ; Bygmalion, BPI, France-Qatar-Arabie saoudite : révélations à tous les étages dans le Point

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !