Les règles de l'élégance pour les hommes petits et forts | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les règles de l'élégance pour les hommes petits et forts
©

Atlantico chic

Les règles de l'élégance pour les hommes petits et forts

Le blogueur Hugo Jacomet continue sa série d'articles inspirés des travaux d'Alan Flusser, grand théoricien de l'élégance masculine. Cette semaine, il s'intéresse à l'élégance des hommes de petite taille et un rien enveloppés...

Hugo Jacomet

Hugo Jacomet

Fondateur et éditeur de "Parisian Gentleman", Hugo Jacomet est une plume reconnue dans le domaine du style masculin.

Voir la bio »

Gentlemen,

Tout d’abord, il va de soi que des vêtements correctement coupés aideront les hommes de petite taille à paraître plus grands et les hommes forts à paraître plus fins. Quand les lignes « nord-sud » d’un costume commencent à prendre le dessus sur les lignes « est-ouest », elles allongent et affinent les physiques corpulents. Pour allonger une silhouette trop forte, il est indispensable de détourner l’oeil de la taille et de l’attirer au nord vers les épaules et au sud en dessous des genoux.

Qu’il soient grands ou petits, les hommes à forte corpulence, tout comme les hommes maigres d’ailleurs, devraient toujours s’habiller de manière assez ample. Ainsi leurs vestes devraient être coupées de manière « droite » ou très (mais alors très) légèrement ajustées, de façon à ce que celles-ci tombent de manière droite depuis les épaules. En effet, les vestes ajustées révèlent beaucoup plus qu’elles ne pardonnent.

En général, les hommes petits sont, physiologiquement parlant, petits car leurs jambes sont proportionnellement plus courtes que leur torse. Ainsi pour qu’une veste soit avantageuse pour un homme de petite taille en créant une illusion de hauteur, elle doit faire en sorte que la ligne de la jambe apparaisse plus longue qu’elle ne l’est en réalité. Pour y parvenir, il est important que la veste soit assez courte, ce qui est très épineux car elle doit malgré tout couvrir le fessier. Cet équilibre complexe est cependant fondamental : si la veste est trop courte elle « coupera » la silhouette en deux et si elle est trop longue, elle réduira la longueur des jambes.

Ensuite, le torse pourra également être allongé visuellement en élevant légèrement la ligne des épaules. L’équation est donc assez simple : des épaules légèrement plus hautes = un torse allongé = une ligne de jambes plus longue. Attention à ne surtout pas exagérer le padding (le rembourrage) des épaules car des épaules trop structurées « trahiront » votre effort à paraître plus grand que vous ne l’êtes. Sur ce sujet comme sur tous les autres, la discrétion reste de rigueur.

La veste droite à deux boutons avec un V moyen qui descend jusqu’à la taille convient mieux à l’homme petit que le V moins ouvert de la veste à trois boutons.

L’homme corpulent devrait éviter les revers de veste trop étroits, actuellement très à la mode chez les créateurs pour physiques anorexiques. Les revers à cran (notched lapels) ne sont pas prohibés pour les hommes petits mais seulement s’ils sont placés le plus haut possible sur la poitrine afin de créer une ligne du revers la plus longue possible. Les revers en pointe (peak lapels) sont en revanche très conseillés car leur extrémité en pointe accentuent plus la verticalité que leurs homologues à crans.

Les manches de la veste devront toujours laisser apparaître un peu plus d’un centimètre du poignet de la chemise : ce « détail », plus important qu’il n’y parait, équilibre la manche et raccourcit visuellement la longueur de la veste. La manche de la veste devra atteindre les environs de l’os du poignet de façon à ce qu’aucun tissu ne vienne surcharger la main et ne rajoute de l’épaisseur.

Les lignes obliques minimisent l’embonpoint. Prenez l’exemple du costume croisé : qu’importe l’épaisseur  rajoutée par les deux couches de tissu superposées au milieu du corps, l’effet amincissant de ses revers asymétriques vient largement compenser ce problème. Les revers en diagonale du costume croisé détournent le regard du centre du torse et ses pointes aux extrémités ont également pour effet d’étirer l’image globale. En outre, le classique costume 6 sur 2 (« six on two ») créée une sorte de V additionnel vers le bas de la veste qui aide à sculpter le torse et à amincir la taille.

En ce qui concerne les finitions, la règle est simple : le moins est le mieux (le très à la mode « less is more »). Tous les rabats épaississent la silhouette et raccourcissent les lignes. Les poches sans rabat passepoilées sont donc les meilleurs choix pour les hommes avec de l’embonpoint. Car même si les poches à rabat inclinées sont intéressantes pour la ligne, elles ajoutent une épaisseur de tissu non souhaitable.

Tout comme le devant, l’arrière de la veste devra idéalement tomber de manière « droite » depuis les épaules en épousant le moins possible la taille. Vue de coté, une veste sans fente pourra être avantageuse pour un homme corpulent en lui affinant la ligne. Cependant, vue de derrière, une veste sans fente sera tout sauf avantageuse pour un fessier volumineux, surtout si elle bien ajustée. Quand elles sont coupées pour ne pas trop s’ouvrir, les fentes latérales sont le meilleur choix car elles attirent l’oeil vers les cotés de la veste, suggérant une ligne des jambes plus longue et une impression générale de hauteur.

En ce qui concerne le pantalon,  l’homme de petite taille qui aspire à paraître plus grand qu’il ne l’est, devrait toujours le porter à la taille naturelle, jamais en dessous. Porter le pantalon sous le nombril est l’erreur la plus contre-productive et la plus fréquemment commise par les hommes présentant cette morphologie. Il en résulte souvent un raccourcissement visuel de la ligne du pantalon, une ouverture forcée des pinces et, au global, la destruction du potentiel de fluidité verticale du costume.

Un homme avec un ventre proéminent a besoin d’un pantalon « plein » (full trousers) qui tombe directement depuis la ceinture. Porté à la taille naturelle (c’est à dire juste en dessous du nombril et pas plus bas), le pantalon participe également à adoucir la transition entre le bas de la veste et lui-même. L’un des principes fondamentaux est d’éviter à tout prix de couper la silhouette en deux parties. Suivant la même logique, un homme possédant de petites jambes devrait porter uniquement des pantalons à pattes de serrage ou avec des bretelles, afin d’éviter à tout prix la ceinture dont l’horizontalité interrompt la ligne verticale du costume.

Les pantalons à pinces sont profitables aux hommes ayant du ventre, car ils « tombent » directement depuis la ceinture. Si elles sont bien réalisées, les pinces permettent de « cacher » un peu d’estomac. Les pinces inversées (qui font face aux poches) sont encore plus avantageuses pour ce type de morphologie car elles auront tendance à moins s’ouvrir que les pinces normales (qui font face à la braguette).

Les règles conventionnelles ont tendance à proscrire les revers en bas des pantalons pour les hommes de petite taille, à cause de leur horizontalité qui raccourcit les jambes. Cependant ceux-ci peuvent, dans le cas de pantalons à pinces, permettre, grâce à leur poids, un « tombé » plus net et un meilleur ancrage du pantalon sur les chaussures. Les revers permettent également de réaliser une meilleure transition entre un bas de pantalon normal et des chaussures très massives, ce qui est particulièrement important pour les hommes très forts ayant besoin de chaussures très larges pour supporter leur poids. La largeur d’un revers de pantalon pour un homme de petite taille devrait être d’environ 4 centimètres. Si les pantalons sans revers sont cependant préférés, ceux ci devraient « casser » très légèrement sur la chaussure avec une légère inclinaison vers le talon.

En termes de motifs, et pour éviter l’impression d’épaisseur, les choix devront s’orienter vers l’uni et les rayures verticales. Les couleurs devront quant à elles rester dans un registre assez sombre car les couleurs claires ont pour effet instantané de faire paraître l’homme fort encore plus corpulent. Là encore, le but est d’étirer la silhouette au maximum, de mettre l’accent sur les longues lignes continues et d’éviter tout contraste entre les deux parties du corps. Ainsi, si vous deviez retenir une seule règle de ces quelques lignes, retenez celle-ci : les physiques petits et forts devraient éviter les dépareillés et toujours choisir des costumes complets. Une seule couleur des épaules aux pieds est la règle d’or.

Le prochain article de cette série sera consacré aux hommes petits et fins.

Cheers, HUGO

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !